Arbrealettres

Poésie

Archive for 5 août 2018

Dans le ciel du néant avec presque rien (Katerina Anghelàki-Rooke)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



Dans le ciel du néant avec presque rien

Par le trou de la serrure je guette la vie
je l’espionne pour comprendre
pourquoi c’est toujours elle qui gagne
tandis que nous perdons tous.
Pourquoi toutes les valeurs naissent et s’imposent
à ce qui pourrit d’abord :
le corps.
Je meurs en esprit sans trace de maladie
je vis sans nul besoin d’encouragement
je respire que je sois près ou loin
de ce qu’on touche
de chaud, qui embrase…
Je me demande quels autres arrangements
la vie va inventer
entre la débâcle d’une disparition définitive
et le miracle de l’immortalité chaque jour.
Je dois ma sagesse à la peur :
je jette
pétales, soupirs, nuances.
L’air, la terre, les racines je les garde –
je veux lâcher le superflu
pour entrer dans le ciel du néant
avec presque rien.

(Katerina Anghelàki-Rooke)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Méditation dans la Solitude (Herwig Hensen)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



 

Méditation dans la Solitude

Les fleurs ne s’épanouissent-elles pas chaque année ?
Et les fruits chaque année ne tombent-ils pas ?
La vie n’est rien d’autre : croître, espérer,
et suivre ainsi le chemin vers la tombe.

Mais c’est précisément sur un tel rythme des choses
que, jour après jour, nous construisons notre équilibre.
Nous savons comment, après le reflux, bondira le flux,
comment l’obscurité alterne avec la lumière,

et comment la maladie et la mort s’accomplissent en nous,
suivant des lois toujours pareilles, sans relâche.
Ce peut être un fardeau de n’en découvrir aucune,
mais sur elles régler sa vie est un réconfort.

(Herwig Hensen)

Illustration: Gustav Klimt

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Choisis ton origine (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018




Choisis ton origine

Verbe qui dort. Gazon coupé.
Bête si courte.
Lèvre mordue? Printemps comme une maladie.
Chaland chargé de lunes.
Dieux brisés qu’on répare.
Phrase qui veut se terminer en oiseau-mouche.
Royaume négatif.
Charbon, nickel, pomme trop dure.
N’hésite pas:
choisis ton origine.

(Alain Bosquet)

Illustration: Magritte

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chant (Mario Luzi)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



Chant

Où vas-tu, toi qui dans le vent aride cours
par une de ces rues sans saisons
derrière des murs lumineux de laquelle
un pas qui vient à retentir excite les chiens
et éveille l’écho ? Vus de la maison
d’où je te regarde, où le corps est vivant,
mouvement et quiétude se défont.

Je t’invoque pour la nuit
qui vient et pour le sommeil ;
toi qui souffres, toi seule peut me secourir
dans ce passage aveugle du temps
vers le temps, dans cet âpre voyage
de celui que je suis à celui que je serai,
vivant une vie dans la vie,
dormant un sommeil dans le sommeil.
Toi, adorée, qui souffres comme moi,
toi dont cela me donne le vertige de penser
que le temps, ce froid
parmi les astres et sur les tempes et autre chose encore, contient
la naissance, la maladie, la mort,
la présence de mon ciel et la perte.

***

Dove vai che nel vento arido corri
una di quelle vie senza stagioni
dietro i cui muri luminosi
un passo che rintroni aizza i cani
e sveglia l’eco ? Visti dalla casa
da cui ti guardo, dove il corpo vive,
movimento e quietudine si sfanno.

T’invoco per la notte
che viene e per il sonno ;
tu che soffri, tu sola puoi soccorrermi
in questo cieco transito dal tempo
al tempo, in questo aspro viaggio
da quel che sono a quello che saro
vivendo una vita nella vita,
dormendo un sonno nel sonno.
Tu, adorata, che soffri comme me,
di cui mi dà vertigine pensare
che il tempo, questo freddo
tra gli astri e sulle tempie e altro, contiene
la nascita, la malattia, la morte,
la presenza nel mio cielo e la perdita.

(Mario Luzi)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Cesar Santos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le miroir me dit (Goethe)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



Le miroir me dit: je suis belle!
Vous dites que vieillir est aussi mon sort.
Devant Dieu tout doit subsister éternellement,
Aimez-le en moi pour ce moment.

***

Der Spiegel sagt mir: ich bin schön!
Ihr sagt: zu altern sei auch mein Geschick.
Vor Gott muss alles ewig stehn,
In mir liebt ihn, für diesen Augenblick.

(Goethe)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

L’abeille (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018




L’abeille qui, toute à son vol, tremble aux abords
De la fleur colorée, puis se pose, quasi
Confondue avec elle
Pour l’oeil qui regarde sans voir,

N’a pas changé depuis Cécrops. Celui-là seul
Dont la vie est dotée d’un être connaissable
Vient à vieillir, distinct
De l’espèce dont procède sa vie.

Elle est la même, elle, qu’une autre qui n’est pas
Elle. Nous seuls — ô temps, ô âme, ô vie, ô mort ! —
Au prix de la mort nous payons
Notre vie plus vie que la vie.

(Fernando Pessoa)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chant du rouge-gorge (André Rochedy)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



Chant du rouge-gorge
le monde, un instant,
s’arrête de vieillir.

(André Rochedy)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Si le ciel avait des passions (Mao Tse-Toung)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



Si le ciel avait des passions, lui aussi vieillirait!
Mais au monde des hommes, il est bon que la mer devienne champ de mûriers.

(Mao Tse-Toung)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVOIR OU ÊTRE (Christian Bled)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



 


AVOIR OU ÊTRE

A la fin des saisons,
En plein coeur de l’hiver,
Répondre à la question
Du choix de l’auxiliaire!

Avoir et posséder,
Amasser, conquérir,
Sans cesse caresser
Le pouvoir, mais vieillir.

Exister, enfin être,
Aimer au bout la vie
Sans souci du paraître,
Tutoyer l’infini.

Alors avoir ou être,
Choisis sans hésiter :
Avant de disparaître,
Mieux vaut avoir été.

(Christian Bled)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MISTRAL (Thérèse Mercier)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018




MISTRAL

Je ne t’ai pas dit de venir
le vent

Pourquoi t’es-tu mis à gémir
le vent ?

Pourquoi réveiller mon désir
le vent ?

Pourquoi déchirer mon zéphyr
le vent ?

Qu’as-tu fait de mon souvenir
le vent ?

Pourquoi emporter mon amour
le vent ?

Et pourquoi détourner le cours
du temps ?

Qu’as-tu fait de mes jours
d’enfant ?

Pourquoi t’es-tu mis à courir
le vent ?

Pourquoi as-tu laissé vieillir
mes ans?

Pourquoi le vent, faire mourir
le temps ?

Je ne sais pas, a répondu
le vent

Je ne suis que du vent

(Thérèse Mercier)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :