Arbrealettres

Poésie

OBSIDIENNE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



OBSIDIENNE

Au tranchant de ton temps
brillent encore la gencive des faims,
le sceau des poings qui t’ont tenue
contre l’os et la chair.
Au tranchant de ton nom
la main des premiers hommes entée de tes cassures.

(Jacques Lacarrière)


Illustration

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :