Arbrealettres

Poésie

Archive for 24 août 2018

Quand je vois toute blanche (Chûnagon Yakamochi)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



Quand je vois toute blanche
La gelée qui se trouve
Sur le Pont jeté
par les Pies,
C’est que la nuit est bien avancée!

(Chûnagon Yakamochi)


Illustration: Hokusaï

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

TU ME DEMANDES (Laure Cambau)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



lâcher de ballons

TU ME DEMANDES

Tu me demandes d’écrire des ballons et des dièses
et moi je voudrais poser des pièges
au carrefour des lèvres
braconner un peu
traverser tes yeux par l’oreille
avaler la lumière
et recracher les queues des notes
garder les cerises
et jeter le gâteau
épiler ta voix de sépulcre
pour en tirer 21 grammes de silence
mais ma main bleue
traverse toujours la page au rouge
les ailes ne poussent pas la nuit
que mon néant t’augmente

(Laure Cambau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EUX DEUX (Ariane Dreyfus)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



 

allumettes

EUX DEUX

Si vous faites se toucher deux allumettes, la flamme
commencée se gonfle comme une voile,
Le trait noir sur lequel elle se déplace
En se déformant les unit.

C’est l’histoire d’un homme et d’une femme qui se sont croisés,
Et maintenant ne s’écartent pas l’un de l’autre.

Mais dans le ventre de la femme il y a déjà un enfant.

À chaque fois que l’homme s’approche d’elle, vivre
Se trouble
Comme s’il fallait repousser ce que c’est,
Être seul.

(Ariane Dreyfus)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE DON (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



 

fougeres

LE DON

Le génie est de voir et puis de faire voir
Ces fougères laissant vers l’eau leurs langues pendre ;
Le génie est d’entendre et puis de faire entendre
Ce troupeau de brebis qui se perd dans le soir.

(Francis Jammes)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poème n’a pas peur (Robert Creeley)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



 

Antoni Tapies

Le poème n’a pas peur
de ce que je peux ressentir

(Robert Creeley)

Illustration: Antoni Tapies

 

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Depuis l’âge de six ans (Hokusaï)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018


Hokusaï a commencé à illustrer ce florilège de Cent poèmes à 75 ans…
quel dommage il est mort à 89 ans sans avoir terminé d’illustrer la totalité, parfois simple esquisse et pas ces magnifiques couleurs dont il avait le secret!!


Depuis l’âge de six ans, j’ai eu la manie de dessiner la forme des objets.
Vers l’âge de cinquante ans, j’ai publié un très grand nombre de dessins,
mais rien de ce que j’ai fait avant l’âge de soixante-dix ans ne m’agrée.

C’est à soixante-treize ans que j’ai presque maîtrisé la nature
et la forme réelles des oiseaux, des poissons, des plantes et ainsi de suite.
Par conséquent à l’âge de quatre-vingt, j’accéderai au fond des choses:
à cent ans j’aurai atteint un niveau plus élevé encore
que je ne saurai définir, et à cent dix ans,
chaque trait et chaque point de mon pinceau seront vivants.

J’en appelle à ceux qui vivront aussi longtemps que moi
pour voir si je tiendrai parole.

(Hokusaï)

WIKIPEDIA

Illustration: Hokusaï

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils se sont épanouis (Gonchûnagon Masafusa)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



Ils se sont épanouis,
Les cerisiers des pentes de ce pic
Aux sables accumulés!
O! que le brouillard des collines plus proches
Ne s’élève pas!

(Gonchûnagon Masafusa)


Illustration: Hokusaï

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Combien triste est l’automne (Sarumaru Dayû)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



Combien triste est l’automne
Quand j’entends la voix
Du cerf qui brame
En foulant et dispersant les feuilles et les érables
Dans les profondeurs de la montagne!

(Sarumaru Dayû)


Illustration: Hokusaï

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE VILLAGE A MIDI… (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



 

André Derain  -07 [1280x768]

LE VILLAGE A MIDI…

Le village à midi. La mouche d’or bourdonne
entre les cornes des boeufs.
Nous irons, si tu le veux,
si tu le veux, dans la campagne monotone.

Entends le coq… Entends la cloche… Entends le paon…
Entends là-bas, là-bas, l’âne…
L’hirondelle noire plane.
Les peupliers au loin s’en vont comme un ruban.

Le puits rongé de mousse ! Ecoute sa poulie
qui grince, qui grince encor,
car la fille aux cheveux d’or
tient le vieux seau tout noir d’où l’argent tombe en pluie.

La fillette s’en va d’un pas qui fait pencher
sur sa tête d’or la cruche,
sa tête comme une ruche,
qui se mêle au soleil sous les fleurs du pêcher.

Et dans le bourg voici que les toits noircis lancent
au ciel bleu des flocons bleus ;
et les arbres paresseux
à l’horizon qui vibre à peine se balancent.

(Francis Jammes)

Illustration: André Derain 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Même à l’âge des dieux (Ariwara no Narihira Ason)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



Même à l’âge des dieux

On n’a pas entendu parler,
même à l’âge des dieux
Puissants et rapides,
De ces eaux qui passent
A travers une sombre pourpre
Dans la rivière Tatsuta!

(Ariwara no Narihira Ason)


Illustration: Hokusaï

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :