Arbrealettres

Poésie

Après la bataille (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 26 août 2018



Après la bataille

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.

Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.
C’était un Espagnol de l’armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié.
Et qui disait : « À boire ! à boire par pitié ! »

Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit : « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. »
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant :  » Caramba ! »

Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
« Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.

(Victor Hugo)


Illustration: Henri Jacquier

2 Réponses vers “Après la bataille (Victor Hugo)”

  1. A reblogué ceci sur Maître Renard.

  2. Hugo la pagaille
    ———-

    Mon père, ce vieux moine aux manières de fou
    Suivi d’un glabougnot qui buvait comme un trou
    Et qu’on voyait toujours muni d’une futaille
    Priait en traversant la plaine sans entrailles
    Que le Bouddha tirait de son coeur assoupi ;

    Soudain, les dimensions permutèrent leurs plis
    À cause d’un trou noir qui les mit en déroute
    Et qu’Aurélien Barrau avait décrit, sans doute.
    Alors il s’embarqua dans la nef de papier
    Car c’était une mare où l’on n’avait pas pied.

    La sirène promit de lui rester fidèle
    S’il voulait réparer sa paire de bretelles,
    Il la portait en lui comme un oiseau blessé,
    Mangeant, sans le savoir, quelques marrons glacés.
    Le trou noir lui semblait un présage de mort
    Sur lequel il voulait rédiger un rapport.

    Il plongea son stylo dans le point Oméga,
    Lequel devint Alpha au prix de grands dégâts ;
    Car la sirène était une enfant de sorcière,
    Mais ne refusa point de boire de la bière.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :