Arbrealettres

Poésie

Laylâ (Majnûn)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2018




    
Laylâ m’avait prié,
aux soins d’un messager,
De la voir en secret,
au plus fort de la nuit.
J’allai, malgré ma peur,
tout à me protéger,
A guetter les méchants,
veilleurs ou endormis,
Cette nuit, notre nuit,
rien ne vint la troubler…

(Majnûn)

 

Recueil: Le fou de Laylâ
Traduction:
Editions:

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :