Arbrealettres

Poésie

Verts jardinets (Antonio Machado)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2018



Illustration: Jules Blancpain
    
Verts jardinets,
claires petites places,
fontaine vert-de-gris
oû l’eau songe,
où l’eau muette
glisse sur la pierre!…

Les feuilles d’un vert
morne, presque noires,
de l’acacia, le vent
de septembre les baise,
et en emporte quelques-unes,
jaunes et sèches,
jouant dans la poussière
blanche de la terre.

Jolie fillette
qui emplis ta cruche
d’eau transparente,
en me voyant, toi tu ne portes pas
aux boucles noires
de tes cheveux,
distraitement,
ta brune main,
pour ensuite te contempler
dans le cristal limpide.

Toi tu regardes l’air
de la belle journée,
tandis que d’eau claire
tu emplis ta cruche.

(Antonio Machado)

Recueil: Champs de Castille précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi de Poésies de la guerre
Traduction: Sylvie Léger et Bernard Sesé
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :