Arbrealettres

Poésie

On fixerait l’oiseau son violent vol immobile en plein coeur (Jean-François Mathé)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2018



on fixerait l’oiseau
son violent vol immobile
en plein coeur
on voyagerait d’ombre à neige
comme vers l’enfance
perdant mots apprenant silence
l’arbre porté au fond de soi
n’aurait plus ses branches de sang
ni douleur à chaque passage du temps
et puis on se perdrait franchissant
la clarté de la peau
comme un ciel qui traverse les lampes
pour aller abreuver l’horizon

(Jean-François Mathé)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :