Arbrealettres

Poésie

Quelque part (Jacques Ancet)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2018



Quelque part

En plein milieu de la rue, c’est toi.
Dans le piétinement des trottoirs,
le fracas des moteurs, à midi
ou cinq heures; une sorte de blanc
comme un film qui saute. On ne sent
que le vent qui se lève, le souffle
qui traverse les choses. Pourtant
rien ne bouge. Tout est immobile
quelque part: mais comment savoir où.

(Jacques Ancet)


Illustration

3 Réponses to “Quelque part (Jacques Ancet)”

  1. jJean-Baptiste Besnard said

    Le trottoir tangue sous mes pas
    Je sais que le spectre de l’espoir hante
    Un enfer froid ou un paradis ardent
    Et qu’avec délice le ver ronge le fruit
    Dans le jardin de l’inaccessible
    Mais je retrouve avec plaisir
    La torture primitive.

    1950

  2. A reblogué ceci sur lerestnadine.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :