Arbrealettres

Poésie

Archive for 2 octobre 2018

SI JE N’AVAIS PLUS (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



 

Si je n’avais plus
Si je n’avais plus
Plus qu’une heure à vivre
Une heure et pas plus
Je voudrais la vivre
Au creux de ton lit
Car j’aurais ma mie
Ma peur à combattre
Penché sur ta vie
Pour l’entendre battre
Je pourrais garder
Je pourrais garder
Au fond de mon coeur
Sous la terre froide
Un peu de chaleur
Que j’emporterai

Si je n’avais plus
Si je n’avais plus
Plus qu’une heure à vivre
Une heure et pas plus
Je voudrais la vivre
A l’aube d’un jour
Sur un lit d’amour
Pour n’avoir à dire
Que des mots d’amour
Pour te voir sourire
Et ne plus penser
Et ne plus penser
Qu’un autre après moi
Te verra sourire
Qu’un autre après moi
Pourra t’enlacer

Et dans un baiser
Et dans un baiser
Le corps apaisé
Le coeur allégé
D’un million de doutes
Mon dernier sommeil
M’ouvrira la route
Qui mène au soleil

(Charles Aznavour)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

LETTRE A UN AMI TURC (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



LETTRE A UN AMI TURC

Tu as une épine dans le pied
Mon frère
J’en ai une dans le cœur,
Pour toi
Comme pour moi
Elle rend les choses difficiles
Inconfortable

La rose a des épines
Si l’on n’y prend garde
Une goutte de sang peut perler au bout des doigts
Mais si l’on fait attention
Elle fait don de sa beauté,
Embellit et parfume nos jours
Allant même
Jusqu’à flatter notre palais
Par ses douceurs.

J’aime les roses
Leurs épines existent
Nous n’y pouvons rien
Mon frère….
Si tu décidais d’extraire
L’épine que j’ai au cœur
Celle que tu as dans le pied
Disparaîtrait d’elle même
Et nous serions toi et moi
Libérés
et frères …

(Charles Aznavour)

Découvert ici Poèmes arméniens

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PARTIE AVEC UN AUTRE AMOUR (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



PARTIE AVEC UN AUTRE AMOUR

Le chagrin a fait son lit entre les plis de mes sourires
Et tracé comme un sillon de désespoir là, sur mon front
Mon passé est un vieillard dont la voix n’a plus rien à dire
Car le temps creuse entre nous un abîme sans fond

Afin que jamais plus je ne voie la lumière
Et la face des gens avec leur compassion
Que la mer déchaînée se jette sur la terre
Que se meure la vie
Que s’éteigne le jour

Mon amour est parti avec un autre amour.

Que le feu de l’enfer comme fétu de paille
Enflamme avec fureur les civilisations
Que la terre s’entrouve et que dans ses entrailles
Naisse un immense oubli
Qui durerait toujours

Mon amour est parti avec un autre amour
Puisque mon coeur blessé se bat dans les ténèbres
Je ne veux plus entendre parler de bonheur
Mais que le chant du vent devienne un chant funèbre
Pour que le monde entier partage ma douleur

L’orgueil et le chagrin dans ma vie font un vide
Ma bouche a l’âcre goût de la désolation
Et ma tête est emplie par des idées sordides
Car mon coeur n’a qu’un cri
Le même nuit et jour

Mon amour est parti avec un autre amour.

(Charles Aznavour)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Moi, j’aime le music-hall (Charles Trenet)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



 

music-hall-logo [1280x768]

Moi, j’aime le music-hall

Moi j´aime le music-hall
Ses jongleurs, ses danseuses légères
Et le public qui rigole
Quand il voit des petits chiens blancs portant faux col
Moi, j´aime tous les samedis
Quand Paris allume ses lumières
Prendre vers huit heures et demie
Un billet pour être assis
Au troisième rang pas trop loin
Et déjà voilà le rideau rouge
Qui bouge, qui bouge, bouge
L´orchestre attaque un air ancien du temps de Mayol
Bravo c´est drôle, c´est très drôle
Ça c´est du bon souvenir
Du muguet qui ne meure pas, cousine
Ah! comme elles poussaient des soupirs
Les jeunes fillettes d´antan
Du monde ou d´l´usine
Qui sont devenues à présent
De vieilles grand-mamans
Ce fut vraiment Félix Mayol
Le bourreau des cœurs de leur music-hall

Mais depuis mille neuf cent
Si les jongleurs n´ont pas changé
Si les petits toutous frémissants
Sont restés bien sages sans bouger
Debout dans une pose peu commode
Les chansons ont connu d´autres modes.
Et s´il y a toujours Maurice Chevalier,
Édith Piaf, Tino Rossi et Charles Trenet
Il y a aussi et Dieu merci,
Patachou, Brassens, Léo Ferré.

Moi, j´aime le music-hall
C´est le refuge des chanteurs poètes
Ceux qui se montent pas du col
Et qui restent pour ça de grandes gentilles vedettes
Moi j´aime Juliette Gréco
Mouloudji, Ulmer, les Frère Jacques
J´aime à tous les échos
Charles Aznavour, Gilbert Bécaud
J´aime les boulevards de Paris
Quand Yves Montand qui sourit
Les chante et ça m´enchante
J´adore aussi ces grands garçons
De la chanson,
Les Compagnons
Ding, ding, dong
Ça c´est du music-hall
On dira tout c´qu´on peut en dire
Mais ça restera toujours toujours l´école
Où l´on apprend à mieux voir,
Entendre, applaudir, à s´émouvoir
En s´fendant de larmes ou de rire.
Voilà pourquoi, la, do, mi, sol,

J´aim´rai toujours le music-hall
J´aim´rai toujours, toujours, toujours,
Toujours, toujours, le music-hall.

(Charles Trenet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

QUAND TU VIENS CHEZ MOI… MON COEUR (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



 

QUAND TU VIENS CHEZ MOI… MON COEUR

Quand tu viens chez moi
Je ne sais pourquoi
Je suis ému comme un enfant
Mon coeur
Je suis angoissé
Jusqu’à ce baiser
Qui vient dissiper
Ma peur profonde
Et quand simplement
Amoureusement
Tu viens te coller contre moi
Mon coeur
A sentir ton corps
Là contre mon corps
Je m’enivre de ta tiédeur
L’envie de s’aimer
Nous prend tout entier
Et comme on le sait d’avance
On baisse les yeux
Et c’est merveilleux
De candeur et d’inconscience
Quand tu viens chez moi
II entre avec toi
Un tourbillon de volupté
Mon coeur
Un je ne sais quoi
Qui fait mal de joie
Qui nous oppresse et nous saisit
Mon coeur
Et quand vient le jour
Abattus d’amour
On s’endort quand tu viens chez moi.

(Charles Aznavour)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SA JEUNESSE (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



SA JEUNESSE

Avant que de sourire et nous quittons l’enfance
Avant que de savoir, la jeunesse s’enfuit
Cela semble si court que l’on est tout surpris
Qu’avant que de comprendre on quitte l’existence

Lorsque l’on tient entre ses mains
Cette richesse
Avoir vingt ans, des lendemains
Pleins de promesses
Quand l’amour sur nous se penche
Pour nous offrir ses nuits blanches
Lorsque l’on voit, loin devant soi
Rire la vie
Brodées d’espoir, riche de joie
Et de folie
Il faut boire jusqu’à l’ivresse
Sa jeunesse
Car tous les instants
De nos vingt ans
Nous sont comptés
Et jamais plus
Le temps perdu
Ne nous fait face
Il passe.
Souvent en vain, on tend les mains
Et l’on regrette
Il est trop tard, sur son chemin
Rien ne l’arrête
On ne peut garder sans cesse
Sa jeunesse

(Charles Aznavour)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ON M’A DONNE (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



ON M’A DONNE

On m’a donné des yeux et l’on m’a dit regarde
J’ai eu beau regarder je n’ai rien entrevu
On m’a donné un coeur et l’on m’a dit prends garde
J’ai eu beau prendre garde un jour je l’ai perdu
On m’a donné l’amour, hélas! je le regrette
Car il s’en est allé, depuis je n’y crois plus
On m’a donné un corps mais j’ai perdu la tête
Et j’ai donné mon corps à bien des inconnus
On m’a donné, on m’a donné bien plus.

On m’a donné des rêves pour que mes nuits soient pures
Mais ces rêves ne sont que de longs cauchemars
On m’a donné des lèvres afin qu’elles murmurent
Elles n’ont jamais dit que des mots sans espoir
On m’a donné des larmes pour mes joies et souffrances
Je ne pleure jamais car mon coeur est de bois
On m’a donné aussi, en plus, une conscience
Mais au fond de moi-même je n’entends pas sa voix.
On m’a donné, on m’a donné, pourquoi ?

On m’a donné des livres afin que je les lise
Mais je les ai brûlés sans les avoir ouverts
On m’a donné des mains pour les joindre à l’église
Mais qui sait si j’irai au ciel ou en enfer
On m’a donné une âme pour la garder bien blanche
Mais j’ai vendu mon âme au diable un beau matin
On m’a donné la vie pour me faire des dimanches
Mais j’ai gâché la vie que j’avais dans mes mains.
On m’a donné, on m’a donné, en vain.

(Charles Aznavour)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APRES L’AMOUR (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



    

APRES L’AMOUR

Nous nous sommes aimés, nos joies se sont offertes
Et nos coeurs ont battu poussés par cet instinct
Qui unit les amants en se fichant du reste
Tu glisses tes doigts par ma chemise entrouverte
Et pose sur ma peau la paume de ta main
Et les yeux mi-clos
Nous restons sans dire un mot
Sans faire un geste.

Après l’amour
Quand nos corps se détendent
Après l’amour
Quand nos souffles sont courts
Nous restons étendus
Toi et moi, presque nus
Heureux sans rien dire
Eclairés d’un même sourire
Après l’amour
Nous ne formons qu’un être
Après l’amour
Quand nos membres sont lourds
Au sein des draps froissés
Nous restons enlacés
Après l’amour
Au creux du jour
Pour rêver…

(Charles Aznavour)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CE JOUR TANT ATTENDU (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



 

CE JOUR TANT ATTENDU

Ce jour tant attendu
S’était levé pour nous,
Tu étais étendue,
Moi, j’étais comme fou…
Deux coeurs battaient en toi
Au rythme de mon coeur
Et y’avait tant de joie
Dans tes cris de douleur…
Notre amour prenait corps
Par ton corps torturé,
Et rien n’était plus fort
Que l’instant qu’on vivait..
Ce dont nous avions peur
Nous unissait bien plus
Que le plus grand bonheur
Ce jour tant attendu…

Ce jour tant attendu
S’était levé enfin,
J’étais comme perdu,
Mais je ne pouvais rien…
Rien pour toi qui souffrais,
Luttais contre le temps…
Rien pour toi qui criais
Tout en te débattant…
Tes yeux cherchaient mes yeux
Qui regardaient les tiens
Et tes ongles furieux
Se plantaient dans mes mains
Annonçant le bonheur
Pour deux êtres éperdus,
Naissait dans la douleur
Ce jour tant attendu…

Et ton corps déchiré
Soudain s’est apaisé
En mettant au grand jour
Le fruit de notre amour.

(Charles Aznavour)

Illustration: Printemps-Eté-Automne-Hiver

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A TOUT JAMAIS (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



A TOUT JAMAIS

Quand nous aurons fermé les yeux
A tout jamais
A tout jamais
A l’instant du dernier adieu
J’en aurai encor du regret
J’en aurai encor du remords
Et partirai avec ma peine
Et pour peu que je me souvienne
Ce mal n’en sera que plus fort
Car nous avons fermé nos coeurs
A tout jamais
A tout jamais
Pour remplacer tant de bonheur
Par du chagrin et des regrets.

Lorsque les siècles bout à bout
A tout jamais
Auront mis le passé sur nous
Et que l’oubli sera complet
S’il reste encore une lueur
S’il reste encore un rien de flamme
Sous la cendre tiède de l’âme
Qui paraît-il jamais ne meurt
Pour trouver le calme infini
A tout jamais
A tout jamais
Tout comme au temps de notre vie
Mon amour je te chercherai
T’appellerai
Te trouverai
Te garderai
A tout jamais

(Charles Aznavour)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :