Arbrealettres

Poésie

LA maison calcinée par la lumière (Álvarez Ortega)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018




    
LA maison calcinée par la lumière
En haut, près de la fenêtre qu’embrase le lierre,
le visage qui n’a pas été.
Et puis, quand le rêve se dépeuplera,
la douleur de n’être qu’absence.

Aveugle, la voix du jour.

(Álvarez Ortega)

 

Recueil: Genèse suivi de Domaine de l’ombre
Traduction: Jacques Ancet
Editions: Le Taillis Pré

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :