Arbrealettres

Poésie

ON TUE UN COCHON (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



Valérie Bertoni 97 [800x600]

ON TUE UN COCHON

Long cri planté dans mes novembres d’enfance
comme une croix sanglante.
Et te souviens-tu, maman, du porcelet d’avril
qui gambadait dans la prairie, un bleuet entre les dents.

Déjà l’éponge et le vinaigre.
Et déjà les dés qui roulent.
O Golgotha de kermesse aux boudins.

— Le mot cri et le mot crime.

(Norge)

Illustration: Valérie Bertoni

 

Une Réponse to “ON TUE UN COCHON (Norge)”

  1. Un goinfre hybride
    ———

    De l’aigle-porc la soif inassouvie
    Est bien la soeur de sa voracité ;
    Puis il a l’air de s’en féliciter,
    Car il nous dit qu’il aime faire envie.

    Or, sa compagne est loin d’être ravie
    Qu’un tel monstre ait tant de capacité ;
    Elle proteste avec férocité,
    Vaine fureur, de nul effet suivie.

    Mais peut-on lui trouver une vertu ?
    Un tel sujet longtemps fut débattu,
    Sans qu’il en pût sortir un arbitrage.

    Donc, avec lui n’ayez pas de rapports,
    C’est déplaisant, quand même, un aigle-porc,
    Pour les humains, sa vue est un outrage.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :