Arbrealettres

Poésie

Tambours de soie (Norge)(Georges Mogin)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2018




    
Tambours de soie
fifres de miel
clairons migrateurs des tempêtes
Belles chansons de prisonniers
Mille bouquets de mains tendus vers sa présence
cachots troués par l’espérance
orages troués par la foi
espace baisé sur la bouche
Communion toujours renaissante et vaincue.

Tant de ferveur s’ouvre les nues

Tant d’ivresse n’est pas perdue.

(Norge)(Georges Mogin)

 

Recueil: Oeuvres poétiques
Traduction:
Editions: Seghers

Une Réponse vers “Tambours de soie (Norge)(Georges Mogin)”

  1. Trio de percussions
    ——

    J’écoute les batteurs et je me sens renaître,
    J’aperçois le jardin que le prêtre évoquait ;
    Même, je vois Lilith qui d’Adam se moquait,
    La fille de la nuit, vestale sans ancêtres.

    La musique a raison, l’orchestre n’est pas traître,
    Grâce à des musiciens qui ne sont pas mauvais.;
    Souvent, les entendant, un démon se sauvait,
    Que vers son inframonde on voyait disparaître.

    Le volume du son, loin de nous irriter,
    De ce monde indigent revêt la nudité ;
    Il ouvre du jardin le beau portail de nacre.

    Un vieux rhapsode frappe un instrument d’acier,
    Lui qui jadis rythma la musique du sacre ;
    Sa merveilleuse ardeur ferait fondre un glacier.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :