Arbrealettres

Poésie

Archive for 18 octobre 2018

AMOUR DE NOTRE AMOUR (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



 

Konstantin Kacev  (55)

AMOUR DE NOTRE AMOUR

JE n’ai rien obtenu et j’ai tout désiré,
Corps, triste chair de sang, de muscles et de nerfs,
Insatiable, et ce duel avec une âme,
Ce fantôme qu’on cherche et qui fuit, ce fantôme
Toujours présent, toujours absent…

Je n’ai rien obtenu, ma quarantième année.
Je suis là, tout pareil à celui qui connut,
Naguère, la chance folle de la jeunesse.
Tout pareil, mais avec des cheveux gris aux tempes,
Le coeur désaccordé, les mains plus paresseuses,
Et cet ennui de tout dont on ne guérit pas…

Je n’ai rien obtenu et j’ai tout désiré.
Bonheurs trop douloureux qu’on invente et qu’on trouve
Et qu’il faut peu à peu détruire à coups de dents.
Bonheurs qu’on ne méritait pas, bonheurs trop sûrs
Pour que le ciel soit toujours clair et l’âme bonne…

Je ne vous laisse point dormir en paix, visages
Des êtres trop aimés façonnés par mes mains.
Je vous vois. Je vous sais fidèles à ma voix.
gais qu’êtes-vous, sinon des visages semblables
A ceux que vous portez, à ceux qui me font mal ?

Je ne puis pas me ressembler. Je suis celui
Qui ne peut pas se ressembler et qui demeure
L’enfant qui souriait devant un grand miroir
Qui souriait, et ne savait s’y reconnaître…

Pardonnez-moi, mes ans perdus, d’avoir été
Celui qui s’est trompé de coeur et d’aventure,
Qui n’a pas su mener ses pas où il fallait.
Où il fallait. Mais qui dira où il fallait ?
C’est là-bas, on ne peut dire où, là-bas, très loin,
Dans quelque exil du coeur et du corps emmêlés,
Au milieu d’un grand cercle sage et calme et triste,
Où tout est résolu d’avance, où il n’est point
D’appels, d’envols, de dieux jaloux de leurs paroles,
De choses qui s’en vont dès qu’on veut les saisir…

Pardonnez-moi, si je ne laisse d’autre trace
Qu’un chemin vague, avec des trous d’incertitude,
Si j’ai tout désiré mais n’ai rien obtenu
Que cet âge, entre les deux frontières de la vie,
Où je me perds encore à dire tous mes manques,
Où le silence en moi me ravit à moi-même…

(Louis Emié)

Illustration: Konstantin Kacev

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’admirais descendant vers toi l’espace occupé par le temps (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



J’admirais descendant vers toi
L’espace occupé par le temps
Nos souvenirs me transportaient

Il te manque beaucoup de place
Pour être toujours avec moi.

(Paul Eluard)

Illustration: Alexander Alexeieff

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les cendres dans le vent (Abdelwahab El-Bayati)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018


 

Les cendres dans le vent

Depuis dix nuits j’endure les tourments
Chevauchant la douleur meurtrière
Ils m’ont tranché les membres, les ont brûlés
Et dispersé leurs cendres au vent
Se sont rués sur mes cahiers
En ont pillé les pages, étouffé les désirs
Et foulé les signes dans la boue
Mes guenilles et mon sang
Me voilà dépouillé
Libre comme ce feu, ce vent
Libre pour l’éternité
Gouttes des pluies de l’été
Cité dont personne ne revint
Rendez-vous au dernier jour
Aimé ne joue point sur la guitare du corps
Mes membres sont devenus l’humus
De ces forêts de cendre
Grandira la forêt mon étreinte
Mon amant
Et grandiront les arbres
Notre rencontre après-demain
Dans le temple des lumières
L’huile ne manquera pas dans la lampe
Le rendez-vous sera tenu
La blessure ne guérira point
Mais la semence s’épanouira

(Abdelwahab El-Bayati)

Illustration: Ratko Krsanin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mystique (Michel de Certeau)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018






Est mystique
celui ou celle
qui ne peut s’arrêter de marcher
et qui,
avec la certitude de ce qui lui manque,
sait de chaque lieu et de chaque objet
que ce n’est pas ça,
qu’on ne peut résider ici,
ni se contenter de cela.

(Michel de Certeau)

Illustration: Georges Antoine Rochegrosse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

ιμερρω (Ezra Pound)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018




ιμερρω

Ton âme:
Délicate car assouvie,
Atthis.
Ô Atthis
Tes lèvres me manquent.
Tes seins menus.
Ô sans-repos, ô vierge.

(Ezra Pound)

Illustration: Le Titien

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes venus d’une scène… (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



Nous sommes venus d’une scène où nous n’étions pas.
L’homme est celui à qui une image manque.

(Pascal Quignard)

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Ce qui meurt nous reste sur les bras (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



ce qui meurt
nous reste
sur les bras
mais nous
on n’a rien à voir avec la mort
c’est elle qui vient
nous serrer
du dehors
seulement un jour de plus
au bout d’un jour
au jour le jour
ainsi
des années durant
l’apprivoiser
simplement et sans bruit
elle se tait et croît doucement
même au soleil
d’une journée de printemps
dans le remuement des corps
lui faire sa part
la banaliser autant que possible
pour parvenir à croire un peu
qu’elle fait partie des choses
et que cela est bon
ainsi
au moins
tout le monde sait ce que cela veut dire
il est mort
c’est simple
elle recule encore
plus au fond
et nous ne verrons guère les visages
que par accident
remous
un pas lourd un rire une poigne
puis
un peu d’eau ou de temps
recouvrent le peu
puis
rien
mais de façon presque claire
on entend ce qu’on ne voit plus
tomber profond
loin
dedans
on rôde autour d’un manque
une zone devenue d’ombre
vite
cela tient mal à la mémoire
on reste autour du creux
les bords s’éboulent dedans
bientôt on ne verra plus
qui pleure
on dort avec elle au fond de soi
comme un chien roulé en boule
on sait que montera un jour ou l’autre
un vent de terre
et on attend les yeux ouverts
un corps infusé d’encre
une éponge gorgée
et dans la bouche la terre
au lieu des mots
les mots pesant enfin leur poids exact
terre et corps
dehors et dedans
et plus rien d’autre
que de l’herbe ou des arbres
d’ordinaire
les choses vont
et nous aussi
nous allons avec les choses
c’est clair
mais parfois il y a ce qui s’arrête
ou s’abat
en bloquant
et on est brutalement à nouveau
où il faut rire
fou
tout seul
on racle encore
entre le mensonge ancien
et ce qui vient
on a du mal à rester debout
à la fin
qu’est-ce qu’on a donc à voir avec la vie
la mort
on bouge avec ce qui bouge
on se tait avec ce qui reste
il n’y a pas grand-chose d’autre

(Antoine Emaz)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Illustration: Mathieu Triolet

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien (André du Bouchet)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018


desert

rien ne manque quand tout a disparu.
choses, lorsqu’elles reviennent,
quelque chose déjà commence à manquer.

(André du Bouchet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Durant un voyage (Hugo von Hofmannsthal)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Durant un voyage, je ne me sens généralement pas bien :
il me manque le caractère immédiat de l’expérience;
je me vois vivre et ce que je vis, il me semble que je le lis dans un livre.
C’est le passé qui transfigure les choses et leur donne couleur et parfum.

(Hugo von Hofmannsthal)

Illustration: ArbreaPhotos

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les cloches (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018




Les cloches
sonnent sous un autre ciel,
le vent et les arbres
murmurent
sur ton corps.
Mais personne ne se souvient de toi.
C’est seulement par les pleurs
de ta mère
que tu manques au monde.

(Pier Paolo Pasolini)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :