Arbrealettres

Poésie

Jamais assez de la beauté du monde (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2018




Riches de l’unique
Éternelle présence
De tout ce qui est,

Dans l’amour et dans la peine
Qui plongent dans le coeur,
Tout a été à moi

Qui dois bientôt
Quitter comme je suis venue
Tout ce que j’ai été.

Cette enfant était-ce
Moi, qui crie
« Jamais assez

« De la beauté du monde,
« Visages des amis
« Dans les chambres et les maisons

« Riches de bonté,
« Jamais assez,
« De cet inépuisable

« Ici et maintenant
« Sans fin ni commencement ? »
La Présence répond

« Qu’es-tu
« Sinon l’un des multiples
« Multiples-dans-l’un,

« Dans le flot du temps
« Tu as eu ta part
« De mal et de bien,

« Désir et désespoir,
« Blessure et guérison,
« De quête et de prière,

« Porté le fardeau
« Du savoir et de l’être,

« L’irrémédiable
« Inexpugnable
« Registre des jours.

« Mais l’enfant encore à naître
« Est déjà la fleur et la graine
« Du monde

« Des plaies et des larmes,
« De l’abandon et du désir,
« De la découverte et de la quête,

« Car chacun est le tout
« De l’être sans borne,

« Et il est impossible à la fin
« Du temps d’ôter à la vie
« Les jours par myriades de la vie,

« Heures sans nombre
« Des vivants innombrables,
« Musique céleste,

« Expression de la gloire,
« Le bruit et la fureur,
« Le fleuve de la félicité. »

J’écoute et je loue.

***

Rich in the alone
Ever-presence
Of all that is,

In love and sorrow
That sound the heart,
All has been mine

Who must soon
Leave as I came
All I have been.

Was that child
I, who cry
`Never enough

`Of world’s beauty,
`Faces of friends
`In rooms and houses

`Rich in kindness,
`Never enou
`Of the inexhaustible

`Here and now
` Without end or beginning?’
The Presence replies

` What are you
`But one of the many
` Many-in-one,

`In the flow of time
`You have borne your share
`Of evil and good,

`Desire and despair,
`Hurting and healing,
`Of seeking and praying,

`Have carried the burden
`Of knowing and being,

`The irretrievable
`Unexpugnable
`Record of days.

`But the child unborn
`Is already the world’s
`Flower and seed

`Of the wounding and weeping,
The loss and the longing,
The finding and seeking,

`For each is the all
`Of boundless being,

`Nor can the ending
`Of time unlive
`Life’s myriad days,

`Unnumbered hours
`Of the numberless living,
` Music of heaven,

`Utterance of glory,
The sound and the fury,
The river of bliss.’

I listen and praise.

(Kathleen Raine)

Illustration: Josephine Wall

10 Réponses to “Jamais assez de la beauté du monde (Kathleen Raine)”

  1. Lara said

    Elle écrivait aussi :
    « Si l’on oublie totalement la vision de l’Éden, on perd le sens même de la vie qui est de tendre vers cet état de conscience profonde. »

    • arbrealettres said

       Parfois je me demande si justement ce n’est pas l’inverse auquel finalement on aspire: la non-conscience profonde! lol!

      Ch 🙂 Blog de Poésie:https://arbrealettres.wordpress.com  Index: http://pagesperso-orange.fr/coolcookie/poesie/index.html Blog de Photos:http://arbreaphotos.wordpress.com

      ________________________________

      • Lara said

        je relis ta réponse ce jour et j’en reste baba 😉
        un emphatique NON de ma part en tout cas à cette non-conscience que tu suggères; à quoi bon vivre alors?
        et tout bien réfléchi, j’ai un mal fou à concevoir un poète qui puisse rechercher cet état de détachement, d’indifférence ..je suppose que tu parles de ce  » lâcher prise » si à la mode ?
        A chacun son truc !

        • arbrealettres said

          Je ne me pose pas la question en ce sens: « à quoi bon vivre »
          Je me dis que je serai après ma vie où j’étais avant et apparemment je n’en ai pas de mauvais souvenirs lol! 😉 😉 😉
          « Quitter comme je suis venue
          Tout ce que j’ai été. »

          • Lara said

            Excuse, mais tu réponds à côté !
            Kathleen Raine ce n’est pas ce qu’elle dit: qu’elle retournera d’où elle est venue..(?)
            mais
            qu’elle quittera sa vie de la même manière qu’elle l’a commencée…

          • arbrealettres said

            Moi je lis: Quitter tout ce que j’ai été (me retrouver) comme je suis venue
            mais pas grave, eh bien c’est ma réponse personnelle à moi que j’ai en propre et je suis d’accord avec moi 😉 😉 😉 😉 😉

          • Lara said

            Ite, missa est

          • arbrealettres said

            Pax vobiscum

  2. jean-baptiste besnard said

    Je préfère l’illustration au texte qui me paraît trop oratoire, pauvre en images. Aucun plaisir, aucune émotion à le lire. Désolé, encore une fois. Il est possible que la traduction lui nuise car, en le lisant en anglais, les mots possèdent une certaine musicalité dont les dépouille la langue française. On pourrait peut-être le chanter. C’est l’éternel problème

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :