Arbrealettres

Poésie

Archive for 27 octobre 2018

LA BELLE FEMME MÉLANCOLIQUE (Li Jing)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



LA BELLE FEMME MÉLANCOLIQUE

Les fleurs de nénuphar perdent leur parfum
Leurs feuilles vertes jaunissent
Le vent d’ouest soulève des rides mélancoliques
à la surface de l’eau
Le temps flétrit le beau visage
qui n’attire plus l’attention

Sous la pluie fine le rêve galope vers le lointain
Le petit chalet retentit de la flûte de jade
Mélancolie froide
Chagrins et pleurs
Elle regarde dans le vide
par-dessus la balustrade

(Li Jing)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toi qui m’as tout repris… (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



 

Carrie Vielle (9) [1280x768]

Toi qui m’as tout repris…

Toi qui m’as tout repris jusqu’au bonheur d’attendre,
Tu m’as laissé pourtant l’aliment d’un coeur tendre,
L’amour ! Et ma mémoire où se nourrit l’amour.
Je lui dois le passé ; c’est presque ton retour !
C’est là que tu m’entends, c’est là que je t’adore,
C’est là que sans fierté je me révèle encore.
Ma vie est dans ce rêve où tu ne fuis jamais ;
Il a ta voix, ta voix ! Tu sais si je l’aimais !
C’est là que je te plains ; car plus d’une blessure,
Plus d’une gloire éteinte a troublé, j’en suis sûre,
Ton coeur si généreux pour d’autres que pour moi :
Je t’ai senti gémir ; je pleurais avec toi !

Qui donc saura te plaindre au fond de ta retraite,
Quand le cri de ma mort ira frapper ton sein ?
Tu t’éveilleras seul dans la foule distraite,
Où des amis d’un jour s’entr’égare l’essaim ;
Tu n’y sentiras plus une âme palpitante
Au bruit de tes malheurs, de tes moindres revers.
Ta vie, après ma mort, sera moins éclatante ;
Une part de toi-même aura fui l’univers.
Il est doux d’être aimé ! Cette croyance intime
Donne à tout on ne sait quel air d’enchantement ;
L’infidèle est content des pleurs de sa victime ;
Et, fier, aux pieds d’une autre il en est plus charmant.

Mais je n’étouffe plus dans mon incertitude :
Nous mourrons désunis, n’est-ce pas ? Tu le veux !
Pour t’oublier, viens voir ! … qu’ai-je dit ? Vaine étude,
Où la nature apprend à surmonter ses cris,
Pour déguiser mon coeur, que m’avez-vous appris ?
La vérité s’élance à mes lèvres sincères ;
Sincère, elle t’appelle, et tu ne l’entends pas !
Ah ! Sans t’avoir troublé qu’elle meure tout bas !
Je ne sais point m’armer de froideurs mensongères :
Je sais fuir ; en fuyant on cache sa douleur,
Et la fatigue endort jusqu’au malheur.

Oui, plus que toi l’absence est douce aux cœurs fidèles :
Du temps qui nous effeuille elle amortit les ailes ;
Son voile a protégé l’ingrat qu’on veut chérir :
On ose aimer encore, on ne veut plus mourir.

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Carrie Vielle

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jeune homme (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



Josélito Donas  allongé  02481 [1280x768]

Jeune homme

Oh ! me coucher tranquillement
Pendant des heures infinies !
Et j’étais pourtant ton amant
Lors des abandons que tu nies.

Tu mens trop ! Toute femme ment.
Jouer avec les ironies,
Avec l’oubli froid, c’est charmant.
Moi, je baise tes mains bénies.

Je me tais. Je vais dans la nuit
Du cimetière calme où luit
La lune sur la terre brune.

Six balles de mon revolver
M’enverront sous le gazon vert
Oublier tes yeux et la lune.

(Charles Cros)

Illustration: Josélito Donas

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Trop tard (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



 

Kathryn Jacobi    04

Trop tard

Il a parlé. Prévoyante ou légère,
Sa voix cruelle et qui m’était si chère
A dit ces mots qui m’atteignaient tout bas :
« Vous qui savez aimer, ne m’aimez pas !

« Ne m’aimez pas si vous êtes sensible,
« Jamais sur moi n’a plané le bonheur.
« Je suis bizarre et peut-être inflexible ;
« L’amour veut trop : l’amour veut tout un coeur
« Je hais ses pleurs, sa grâce ou sa colère ;
« Ses fers jamais n’entraveront mes pas.  »

Il parle ainsi, celui qui m’a su plaire…
Qu’un peu plus tôt cette voix qui m’éclaire
N’a-t-elle dit, moins flatteuse et moins bas :
« Vous qui savez aimer, ne m’aimez pas !

« Ne m’aimez pas ! l’âme demande l’âme.
« L’insecte ardent brille aussi près des fleurs :
« Il éblouit, mais il n’a point de flamme ;
« La rose a froid sous ses froides lueurs.
« Vaine étincelle échappée à la cendre,
« Mon sort qui brille égarerait vos pas. »

Il parle ainsi, lui que j’ai cru si tendre.
Ah ! pour forcer ma raison à l’entendre,
Il dit trop tard, ou bien il dit trop bas :
« Vous qui savez aimer, ne m’aimez pas.  »

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Kathryn Jacobi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que d’yeux (Jules Laforgue)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



 

Juliette Brigand-Damville 20

Que d’yeux, en éventail, en ogive, ou d’inceste,
Depuis que l’Etre espère, ont réclamé leurs droits !
Ô ciels, les yeux pourrissent-ils comme le reste ?
Oh ! qu’il fait seul ! oh ! fait-il froid !
Oh ! que d’après-midi d’automne à vivre encore !
Le Spleen, eunuque à froid, sur nos rêves se vautre !
Or, ne pouvant redevenir des madrépores,
Ô mes humains, consolons-nous les uns les autres.
Et jusqu’à ce que la nature soit bien bonne,
Tâchons de vivre monotone

(Jules Laforgue)

Illustration: Juliette Brigand-Damville

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SILLAGES (Marie-Jeanne Durry)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



SILLAGES

La neige où s’étouffent les vols
A retenu l’empreinte agile de ces pattes,
Les dessins envolés des oiseaux sur le sol.
Neige, feu blanc qui dors, épaisseur d’âme, ouate
Froide où je m’engourdis, quelles traces de pas
Enfoncés dans ma nuit tu me gardes sans moi !

(Marie-Jeanne Durry)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô, Sire, est-ce là le chemin ? (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



temple de Kom Ombo

Les murs ne tombent pas
[42]

Ô, Sire, est-ce là le chemin ?
dans la laîche, dans l’herbe des dunes,

silencieusement
les patins des traîneaux passent.

Ô, Sire, est-ce là la terre gaste ?
incroyablement,

le sable miroite comme la glace,
froid, froid ;

attiré vers la porte du temple, ô, Sire,
est-ce enfin l’union ?

***

O, Sire, is this the path?
over sedge, over dune-grass,

silently
sledge-runners pass.

O, Sire, is this the waste?
unbelievably,

sand glistens like ice,
cold, cold;

drawn to the temple-gate, O, Sire,
is this union at last?

(Hilda Doolittle)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ra, Osiris, Amen apparut (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



Eyes-in-the-Sky

Les murs ne tombent pas
[16]

Ra, Osiris, Amen apparut
dans un temple spacieux et nu ;

il est le père-monde,
père des temps passés,

présent et futur également ;
sans barbe, pas du tout comme Jéhovah,

il était droit, svelte,
aussi imposant que le monolithe de Memnon,

et pourtant pas déplacé
mais parfaitement à l’aise

dans cette simplicité et grâce
du dix-huitième siècle ;

je me suis alors éveillée avec un bond
avec surprise et me suis demandé,

mais à qui sont ces yeux ?
car les yeux (dans le froid,

je m’étonne de m’en souvenir)
étaient d’une seule texture,

comme sans pupille
ou tout en pupille, sombres

et pourtant très clairs et l’ambre
brillait…

***

Ra, Osiris, Amen appeared
in a spacious, bare meeting-house;

heis the world-father,
father of past aeons,

present and future equally;
beardless, not at all like Jehovah,

he was upright, slender,
impressive as the Memnon monolith,

yet he was not out of place
but perfectly at home

in that eighteenth-century
simplicity and grace ;

then I woke with a start
of wonder and asked myself,

but whose eyes are those eyes?
for the eyes (in the cold,

I marvel to remember)
were all one texture,

as if without pupil
or all pupil, dark

yet very clear with amber
shining …

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lis (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



 

Lys-V-Moretrr

Le lis

Hors du coffret de laque aux clous d’argent, parmi
Les fleurs du tapis jaune aux nuances calmées,
Le riche et lourd collier qu’agrafent deux camées,
Ruisselle et se répand sur la table à demi.

Un oblique rayon l’atteint. L’or a frémi.
L’étincelle s’attache aux perles parsemées,
Et midi darde moins de flèches enflammées
Sur le dos somptueux d’un reptile endormi.

Cette splendeur rayonne et fait pâlir des bagues
Éparses où l’onyx a mis ses reflets vagues
Et le froid diamant sa claire goutte d’eau ;

Et, comme dédaigneux du contraste et du groupe,
Plus loin, et sous la pourpre ombreuse du rideau,
Noble et pur, un grand lis se meurt dans une coupe.

(François Coppée)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES REVES FUMENT (Georges Themelis)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



 

Ettore Aldo Del Vigo

LES REVES FUMENT

Yeux et lèvres, chair, vêtement aérien.

C’est une ombre, il cherche sa naissance,
Une autre mère, un autre enfantement.
Il est nu et a froid, il disparaît.

Là, où le corps tombe, s’étend sa forme,
Corps dans le corps, corps de mon corps.

(On nous met au monde, mon Dieu, on nous élève
On nous ferme les paupières et on gémit sur nous.)

Un feu couve qui ne dort jamais
Nous brûle et nous fait flamber : chair, os.

Nous ne pouvons pas nous rencontrer,
Voir la lumière, exister,
Hors du sommeil, hors de la mort.

Hors de la flamme qui nous brûle.

Nous n’existons que dans le feu.
Les rêves fument dans la nuit.

(Georges Themelis)

Illustration: Ettore Aldo Del Vigo

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :