Arbrealettres

Poésie

Archive for 11 novembre 2018

Alerte (Anonymes)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



Ils dorment, harassés
alerte:
le feu sur nous, le feu!

***

Soir de bataille
au loin, les canons…
Tout près, les blessés.

***

Attaque de nuit;
Tirez ! Mais tirez donc !
dans le tas…

***

Il neige encore — encore un haïkaï!
La terre a recouvert les corps.
La neige veut recouvrir les ruines.

(Anonymes)

(Guerre de 1914)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRISON (Lutz Bassmann)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



Illustration
    
PRISON

L’idiot perd son survêtement
il n’aurait pas dû
vendre l’élastique

Le Hongrois s’est coupé l’oreille
les surveillants n’arrivent pas
il ne sait plus quoi faire avec

L’ancien cheminot regarde par la fenêtre
mais le paysage
ne défile pas

L’organisation s’est constituée
désormais quoi qu’il arrive
ce sera chacun pour soi

Il y a vraiment trop de monde dans la cellule
on ne peut plus préparer
son suicide

On a lessivé la cellule
la crasse a pris des odeurs
de savon

Oie Sauvage examine les nuages
autrefois pendant des semaines
il arpentait la forêt

En pleine nuit il y a eu un silence
ça a réveillé
tout le monde

Avant la grève de la faim
les meneurs s’approvisionnent
en biscuits

La louche tremble dans ma main
l’anthropophage me regarde
je suis de service de soupe

Le Japonais parle de cerisiers
pourtant dehors
la neige tombe

La promenade d’hier a déçu
on nous a fait marcher
dans le mauvais sens

Il y a eu une rixe aux cuisines
on a trouvé un bout d’oreille
dans la soupe

L’organisation s’est constituée
on a des chefs des correspondants
mais pas encore de kamikazes

Le vent apporte une odeur de foin
je renifle avec nostalgie
dehors je n’aimais pas la campagne

Hier un hibou a crié
Oie Sauvage va nous en parler
pendant des jours

Le moine médite face au mur
le vieux en profite
pour lui voler son pain

L’araignée a changé de cellule
le Kirghize lui mangeait
toutes ses mouches

Il paraît que le Secours Rouge
a envoyé une caisse de savon
et des douceurs

Chaque soir
même le moine attend
le bruit du chariot de la soupe

L’anthropophage couve l’idiot d’un oeil attendri
demain ils partent
dans le même convoi

Au soldat on a retiré
sa médaille de guerre
pour qu’il ne l’avale pas

Le moine a perdu sa bonne humeur
il tue des moustiques
pendant son sommeil

L’organisation s’est constituée
un premier mot d’ordre circule
ne pas agir avant le signal

Après l’interrogatoire le moine secoue la tête
il ne se rappelle plus
quelle est sa religion

Le directeur fait un discours
le vent souffle en rafales
on n’entend rien

En échange de trois cigarettes
le Coréen m’a montré
une prise de judo

Les deux Russes se disputent sans cesse
ils ont tué une vieille
ils n’ont pas trouvé son magot

Le soleil se lève
la grille pendant une minute
est jaune paille

Les Ukrainiens entonnent une chanson russe
même les tueurs de vieilles
ont les larmes aux yeux

Le Coréen expert en sabre
s’est tailladé les poignets
avec une cuillère

Un papillon est entré dans la cellule
une merveille
zigzague dans l’air fétide

Sur le mur la buée des respirations
dessine
des deltas inconnus

Quand on lui demande du sel pour la soupe
l’empoisonneur
a un sourire en coin

Le linge sèche
à même le sol
les cordes sont interdites

Souvent la solitude réelle
est plus grande
que quand on y réfléchit

La lune brille à travers la grille
le Tchétchène fait le geste de la caresser
puis il a honte

Le bonze essaie de convaincre le Russe
de ne plus tuer de paysannes
à coups de hache

Le Secours Rouge distribue des questionnaires
il faut indiquer
quels sont nos plats préférés

(Lutz Bassmann)

 

Recueil: Haïkus de prison
Editions: Verdier

Posted in haïku | Tagué: , | Leave a Comment »

Décombres de la guerre (Nakamura Kusatao)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



Décombres de la guerre –
sur un sol en ciment
des fillettes jouent à la balle

(Nakamura Kusatao)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Saluez bas ce drapeau (Marc-Adolphe Guégan)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



drapeau [800x600]

Le sabre

Une oeuvre d’art, la poignée
De ce sabre fier.
Comme on embellit le crime!

***

Le quart

Quart en forme de sébile.
Piètre insigne
Des mendiants de la gloire.

***

Progrès

On tue à distance.
Plus de mains sanglantes.
La guerre est très propre.

***

Reportage

Le moribond criait: Maman!
De l’arrière, le journaliste
A entendu: Vive la France!

***

Testament

De sa poitrine déchirée
Sortit, en guise d’âme,
Un portrait de fillette blonde.

***

Cimetière

Petite croix. Epitaphe.
Ci-gît le soldat Gribouille.
Il mourut pour vivre libre.

***

L’emblème

Saluez bas ce drapeau.
On en fit l’emplette
L’autre jour dans mon bazar.

(Marc-Adolphe Guégan)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ces gigantesques sillons (Julien Vocance)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



La Mort a creusé sans doute
Ces gigantesques sillons
Dont les graines sont des hommes.

***

Au ras du sol depuis quinze jours,
Mon oeil en connaît les moindres bosses,
Les moindres herbes.

***

Rumeurs de veuves, d’orphelins,
Bourdonnantes, comme un essaim,
Sur ces pauvres corps déteints.

***

La pluie fine et froide, en cinglantes rafales,
Pénètre nos os et nos âmes,
Et les moelles de la terre.

***

Par la fatigue écrasés,
Ils ont les poses écroulées
Des cadavres de la plaine.

***

Les rafales de nos canons
D’une ville à l’horizon
Allument la vision brève.

***

Des croix de bois blanc
Surgissent du sol,
Chaque jour, ça et là.

***

Les obus vampires ont soulevé
Les dalles du cimetière
Dont les croix chancellent.

***

Pour arriver jusqu’à ma peau
Les balles ne pourraient jamais
Se débrouiller dans mes lainages.

***

Dans un trou du sol, la nuit,
En face d’une armée immense,
Deux hommes.

***

Fleur qui respirait la lumière,
Son oeil gît,
La gorge tranchée.

(Julien Vocance)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils étaient six dans la cave (René Druart)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



guerre [800x600]

Ils étaient six dans la cave.
On sait qu’ils y sont encore.
Mais où est la cave ?

***

Tronçonné par les obus,
Le blanc serpent de la route
Rampe sur une nouvelle piste.

***

Sur l’écoutille d’une péniche
Sombrée dans le petit port,
Un pinson chante.

***

Dans les arbres fracassés
Miracle!
Un alléluia d’oiseaux!

(René Druart)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A un nuage (Maurice Betz)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



A un nuage qui bougeait au fond d’une mare
J’ai crié: Qui va là ?
Il était loin déjà.

***

Septentrion plein d’éclairs roses,
Pourpre répons de l’est,
Quel des deux, ce matin, est l’aurore ?

***

Grise et jaune plaine pommelée,
Toison pelée
Où les camions sont des mites.

***

On riait bien. (Tu te rappelles?) On causait. (V’lan l’entends-tu?)
Ah! Reboirons-nous jamais de ce petit vin
Dans la chambrée blanche et chaude, un soir de pluie ?

***

Nuit sereine, ciel sans nuages.
Je rengaine ma baïonnette
Et monte ma garde, lune au clair.

***

Un trou d’obus
Dans son eau
A gardé tout le ciel.

***

Montmartre, tes lumières, tes femmes
Aux jambes tièdes et douces…
Depuis hier la pluie crépite sur ma tente.

***

Fin de faction. L’aube éteint les dernières étoiles.
Assis, mon mousqueton sur les genoux,
Je sifflote à la gloire du soleil.

(Maurice Betz)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour est ce voyage (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018




    
L’amour est ce voyage inutile, mais suave,
de l’autre côté du miroir.
Tant de créatures dans ma soif et dans mon verre vide.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

J’ai détaché (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



Illustration: Michel Chansiaux
    
J’ai détaché le coeur de la pluie
Des ballades anciennes
ont alimenté mon silence.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la cavité illuminée (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018




Illustration: Vladimir Kush
    
Dans la cavité illuminée
où cet instant est une perle prodigue
j’écoute ma mémoire s’ouvrir éraillée
comme une porte au vent.

Si mourir est mémoire fermée.

Je travaille le silence
je le fais flamme

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :