Arbrealettres

Poésie

Archive for 16 novembre 2018

MɍMORIAL FANTÔME (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018




    
MɍMORIAL FANTÔME

Nuit aveuglément mienne.
Rêve du corps transparent
comme un arbre de verre.

Horreur de chercher tes yeux
dans l’espace plein de
Cris du poème.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui est moi ? (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018




    
Qui est moi ?
Seulement une imploration d’orpheline ?
J’ai beau parler je ne trouve pas de silence.
Moi, qui ne connais que la nuit de l’orphelinage.
Attente qui ne cesse pas,
petite maison de l’espoir.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’entends pas (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
je n’entends pas les sons orgasmiques de certains mots précieux.
en fait, les formes, les voix, les bruits, les tombées de mort en mort, n’ont pas de fin.
espace de désaffection où l’on ne sait pas quoi faire de tant de non vouloir.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La chanson désespérée (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



Illustration: Chantal Dufour
    
La chanson désespérée ne se laisse pas se dire.
La matière verbale errante ne cesse d’émaner
du centre qui n’est pas centre,
du vertige des fleurs aurifères
embues de l’or des chercheurs d’or.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faut pleurer jusqu’à (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018




    
il faut pleurer jusqu’à se briser
pour créer ou dire une petite chanson,
tellement crier
pour recouvrir les trous de l’absence

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

ALLIANCE (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



Illustration: F.A. Moore
    
ALLIANCE

Elle s’abandonne dans la trêve engendrée par la nuit.
Au dedans d’elle tout fait l’amour.

Alliance entre ce qui est contemplé et sa contemplation.
Joie de transgresser, imploration de points vivants de référence
et de la réalité totale perceptible en un instant qui est tous les instants.

Elle s’abandonne à une pensée démesurée
et à l’envoûtement par un espace défini :
un lieu qui oeuvre comme appel.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CONTEMPLATION (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018




    
CONTEMPLATION

Avec une peur ancienne se lamentent ou pleurent les voix.
Des formes fugitives venues pour la cérémonie
où elles arracheront de toi le coeur de ta figure lointaine.

La nuit fulgure au dedans de ton masque.
Elles te percent de croassements,
elles te martèlent d’oiseaux noirs.

Des couleurs ennemies s’unissent dans la tragédie.
Quand nous sommes arrivés au centre de l’obscurité
le bois s’est ouvert.

Les formes épouvantées de la nuit sont mortes
et il n’y a plus eu ni dehors ni dedans.

Elles t’ont précipitée,
tu as disparu le masque à la main.
Et plus rien n’a eu l’air d’un coeur.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SEULEMENT SIGNAL (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018




    
SEULEMENT SIGNAL

Oh allume
tes yeux
couleur de naître

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Oh mon amour (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



Illustration: Tamara Lunginovic
    
Oh mon amour,
appelle-moi d’un nom uni à une tendresse très ancienne et oubliée.

Je vais reconstituer la trame d’une tragédie seulement intérieure.
Tout est un intérieur.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes mots (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



    

Mes mots exigent du silence et des espaces abandonnés.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :