Arbrealettres

Poésie

Archive for 2 décembre 2018

Là où est mon trésor (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Là où est mon trésor
Une tombe :
Mon coeur aussi
Vide.
La douleur
Est son propre lieu, miroir
De souvenirs et de rêves; lac
De larmes. Narcisse pâle
Voit son visage qui se noie.

***

Where my treasure is
A grave:
My heart also
Empty.
Sorrow
In its own place, a glass
Of memories and dreams; a pool
Of tears. Narcissus pale
Sees his own drowning face.

(Kathleen Raine)

Illustration: John William Waterhouse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




La poésie est faite pour amener la bête humaine à l’anamnèse,
à la réminiscence d’un autre ordre qui existe en elle;
à la connaissance de ce qu’autrefois on appelait l’âme…
L’art est l’environnement naturel de l’âme.

(Kathleen Raine)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ce que garde la main (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Ce que garde la main —
Si peu du flux du temps
Tout ce que nous savons;
Mais du coeur de ceux qui passent,
Le moment d’une vie se dilate
Dans le présent sans bornes de la mort :
Sans refuge leur état, et le nôtre.

***

What the hand holds —
So little of time’s flow
The all we know;
But from their hearts who pass,
The lifelong moment breaks
Into death’s boundless now:
Shelterless their state, and ours.

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ENFIN (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




ENFIN l’occasion attendue, du temps libre
De toutes ces tâches, imposées volontairement ou non,
Cependant maintenant, prise au piège, je m’affole, j’essaie
De trouver un prétexte, n’importe quoi pour me dérober
À une confrontation avec la page blanche.
Il n’y a pas d’hôte invisible dans ma chambre:
Les temps et les lieux sont à eux, non à nous,
Rendant leur présence présente, infinie.
Ce vide est le terme
De bien des dérobades: nous nous détournons
Rien qu’un instant en l’incommensurable absence.

***

AT LAST the awaited opportunity, time free
Of all those tasks, imposed or self-imposed,
Yet now, trapped, I panic, try
To think of some pretext, anything to evade
A confrontation with the unwritten page.
There is no invisible visitant in my room:
The times and places are theirs, not ours,
Who make their presence present, infinite.
This blankness is the term
Of many evasions: we turn aside
Only for a moment into immeasurable absence.

(Kathleen Raine)

Illustration: Catherine Mayet

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le dernier chagrin s’est tu (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Le dernier chagrin s’est tu —
Oubli
Qui nulle perte ne ressent,
Nul espoir ne discerne,
Ultime appauvrissement —
Les plus profonds souvenirs abolis,
Toutes les larmes d’amour sont poussière.

***

The last sorrow silent —
Forgetfulness
That feels no loss,
No hope discerns,
Saddest impoverishment
When deepest memories fade
And all love’s tears are dust.

(Kathleen Raine)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oh n’éveille pas (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Oh n’éveille pas, oh n’éveille pas
Le dormeur à l’ombre du sorbier,
Les montagnes se reposent au creux de sa pensée,
Les nuages passent dans son cerveau,
Les neiges tombent sur ses paupières,

Les vents sifflent dans son chant,
La nuit s’amasse autour de sa racine,
Les étoiles fleurissent dans sa couronne,
L’orage du dehors au fond de lui s’apaise,
Le monde se repose dans son rêve.

***

Oh do not wake, oh do not wake
The sleeper in the rowan’s shade,
Mountains rest within his thought,
Clouds are drifting in his brain,
Snows upon his eyelids fall,
Winds are piping in his song,
Night is gathered at his root,
Stars are blossoming in his crown,
Storm without finds peace within,
World is resting in his dream.

(Kathleen Raine)

Illustration: Pierre-Narcisse Guérin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEUX INVOCATIONS DE MORT (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




DEUX INVOCATIONS DE MORT

I

Mort, je me repens
De ces mains, de ces pieds
Qui pendant quarante ans
Ont été les miens
Et je me repens
De la chair et de l’os,
Du coeur et du foie,
Des cheveux et de la peau
Délivre-moi, mort,
Du visage et de la forme,
De tout ce que je suis.

Et je me repens
Des formes de la pensée,
Des habitudes de l’esprit
Et du coeur perclus
Par l’ancienne douleur,
Des traces de mémoire
Flétries et usées
Des lieux évanouis
Et de ces visages
Qui n’ont pas été
Bien vus ni compris,
Délivre-moi, mort,
Des mots dont j’ai usé.

Non pas tel ou tel acte
Mais tout est mal
De ce que j’ai fait,
Et j’ai vu
Douleur et péché
Souiller le monde —
Délie-moi, mort,
Pardonne, efface
Des lieux et du temps
La trace de tout
Ce que j’ai été.

II

Je suis venue d’un lieu
En dehors du temps,
Née du battement d’un coeur
Ignorant la douleur.
Le soleil et la lune,
Le vent et le monde,
Le chant et l’oiseau
Ont traversé ma pensée
Dans un temps sans limite.
Connaîtrai-je enfin
Mon bonheur perdu ?

Dis-moi, mort,
Combien de temps dois-je pleurer
Ma propre douleur.
Alors que je demeure
Le monde finit,
Les forêts s’écroulent,
Les soleils s’effacent,
Alors que je suis là
L’aujourd’hui finit
Et dans mes bras
Les vivants meurent.
Arriverai-je enfin
Au commencement perdu ?

Des mots et des mots
Pleuvent dans mon esprit
Comme du sable dans la coquille
Du labyrinthe de l’oreille,
Le désert du cerveau
Fait de villes, de solitudes,
Rêves, rêveries
Et l’immense oubli.
Apprendrai-je enfin
Le sens perdu ?

Oh mon amour perdu
Je t’ai vu t’envoler
Au loin comme un oiseau,
Comme un poisson me fuir,
Comme une pierre m’ignorer,
Dans le dédale d’un arbre
Tu as fermé contre moi
Les espaces de la terre,
Prolongé la distance
Infinie des étoiles,
Et tes yeux étranges
Ne m’ont pas reconnue,
Epine tu m’as blessée,
Feu tu m’as brûlée,
Griffes tu m’as déchirée.
Combien de temps devrai-je endurer
Le moi et l’identité —
Trouverai-je enfin
Mon être perdu ?

***

TWO INVOCATIONS OF DEATH

I

Death, I repent
Of these hands and feet
That for forty years
Have been my own
And I repent
Of flesh and bone,
Of heart and liver,
Of hair and skin —
Rid me, death,
Of face and form,
Of all that I am.

And I repent
Of the forms of thought,
The habit of mind
And heart crippled
By long-spent pain,
The memory-traces
Faded and worn
Of vanished places
And human faces
Not rightly seen
Or understood
Rid me, death,
Of the words I have used.

Not this or that
But all is amiss,
That I have done,
And I have seen
Sin and sorrow
Befoul the world
Release me, death,
Forgive, remove
From place and time
The trace of all
That I have been.

From a place I came
That was never in time,
From the beat of a heart
That was never in pain.
The sun and the moon,
The wind and the world,
The song and the bird
Travelled my thought
Time out of mind.
Shall I know at last
My lost delight?

Tell me, death,
How long must I sorrow
My own sorrow?
While I remain
The world is ending,
Forests are falling,
Suns are fading,
While I am here
Now is ending
And in my arms
The living are dying.
Shall I come at last
To the lost beginning?

Words and words
Pour through my mind
Like sand in the shell
Of the ear’s labyrinth,
The desert of brain’s
Cities and solitudes,
Dreams, speculations
And vast forgetfulness.
Shall I learn at last
The lost meaning?

Oh my lost love
I have seen you fly
Away like a bird,
As a fish elude me,
A stone ignore me,
In a tree’s maze
You have closed against me
The spaces of earth,
Prolonged to the stars’
Infinite distances,
With strange eyes
You have not known me,
Thorn you have wounded,
Fire you have burned
And talons torn me.
How long must I bear
Self and identity —
Shall I find at last
My lost being?

(Kathleen Raine)

Illustration: Ibara

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De boussole aujourd’hui je n’ai plus (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Quand mers désertes, vents et distances
Nous séparaient,
Je pouvais encore me retourner
Et dire : il est là-bas.
De boussole aujourd’hui je n’ai plus,
M’indiquant par delà la foule des étoiles
Le Paradis perdu.

***

When empty seas and winds and distances
Divided us
I still could turn my face
And say, that way he lies.
I have no compass now
To tell me where beyond the multitude of stars
Lost Paradise.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vérité revient sur soi (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




La vérité revient sur soi
Comme la lumière partant
De l’espace infini
Retourne au coeur
Telle qu’elle était,
Embrassant tout.

***

Truth comes full circle
As departing light
From infinite space
Returns to the heart
Still what it was,
Embracing all.

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le prix de l’amour (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Celle qui dans ses bras d’eau si froids
Porta son prince à la rive
Sans pourtant conquérir son coeur
Acheta cher ces pieds mortels :
Le prix de l’amour; sinon comment,
Immortelle, fouler les voies de la douleur?

***

She who in cold elemental arms upbore
Her prince to shore
Yet did not win his heart
Bought dear these mortal feet;
Must pay love’s price: how else
Shall an immortal walk in sorrow’s ways?

(Kathleen Raine)

Illustration: John William Waterhouse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :