Arbrealettres

Poésie

Le Coeur a d’étroites Rives (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2018



Le Coeur a d’étroites Rives
Qu’il mesure comme la Mer
D’une vaste – incessante Rumeur
Et Bleue monotonie

Mais que l’Ouragan le divise
Alors discernant
Son manque de Superficie
Le Coeur convulsif apprend

Que le Calme n’est qu’un Rempart
De Tulle inviolé
Qu’une brusque Poussée détruit
Qu’un Questionnement – dissout.

***

The Heart has narrow Banks
It measures like the Sea
In mighty – unremitting Bass
And Blue monotony

Till Hurricane bisect
And as itself discerns
It’s insufficient Area
The Heart convulsive learns

That Calm is but a Wall
Of Unattempted Gauze
An instant’s Push demolishes
A Questioning- dissolves.

(Emily Dickinson)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :