Arbrealettres

Poésie

Archive for 19 décembre 2018

Leurs corps demeurent amis (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2018



Illustration: Pascal Renoux
    
Leurs corps demeurent
amis
même après l’amour

Poreuses
les peaux
et les rêves
poissons agiles
traversent
les frontières

Au matin
nulle nécessité
de les raconter
à cet autre

embué de nuit
qui n’a pas encore
pris le temps
d’être à nouveau

l’autre

(Claude Pujade-Renaud)

 

Recueil: Instants incertitudes
Traduction:
Editions: Le Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Expulsé (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2018




    
Expulsé
d’un rêve
d’un ventre

C’était pourtant
densité tendre
moiteur de membranes
lianes et spasmes
ensommeillés

C’était flotter
entre limbes
indécises
et lueurs grises
à ras de n’être pas

Impulsions de passage
et lent voyage
à travers marécages
où s’enliser
en confiance

C’était mouvement
en tous sens
et non sens

C’était

(Claude Pujade-Renaud)

 

Recueil: Instants incertitudes
Traduction:
Editions: Le Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ÉCHO (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2018



    

L’ÉCHO

Que brame la bête au fond des bois,
sonne le cor, gronde l’orage,
chante la fille derrière la colline,
le moindre son
tout à coup dans l’air désolé
tu le renvoies.

Tant aux grondements de tonnerre
qu’à la voix des flots, des tempêtes
ou l’appel du pâtre au village,
tu répondras.
Mais à toi, nul ne répond… Ainsi
de toi, poète !

***

(Alexandre Pouchkine)

 

Recueil: L’heure de la nuit Poèmes
Traduction: Christiane Pighetti
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OUVRAGE (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2018




    
L’OUVRAGE

L’heure tant attendue est venue : terminé, l’ouvrage de tant d’années.
D’où vient alors cette étrange tristesse qui me tenaille en secret ?
Ou, l’exploit réalisé, serais-je comme l’ouvrier inutile
étranger à toute entreprise une fois le salaire reçu ?
Vais-je regretter ce travail, compagnon silencieux des nuits,
ami de l’Aurore aux doigts d’or et de pénates sacrées ?

***

(Alexandre Pouchkine)

 

Recueil: L’heure de la nuit Poèmes
Traduction: Christiane Pighetti
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :