Arbrealettres

Poésie

MIROIR (Salvatore Quasimodo)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
MIROIR

Et voilà que sur le tronc
s’ouvrent les bourgeons:
un vert plus neuf que l’herbe
qui repose le coeur:
le tronc paraissait déjà mort,
penché sur le fossé.

Et tout en moi est miracle;
et je suis l’eau de ces nuages
qui aujourd’hui reflètent plus bleu
dans les fossés un pan de ciel
et le vert qui déchire l’écorce
et qui cette nuit n’était pas là.

***

SPECCHIO

Ed ecco sul trunco
si rompono gemme:
un verde più nuovo dell’erba
che il cuore riposa:
il tronco pareva già morto,
piegato sul botro.

E tutto mi sa di miracolo;
e sono quell’ acqua di nube
che oggi rispecchia nei fossi
piu azzurro il.suo pezzo di cielo,
quel verde che spacca la scorza
che pure stanotte non c’era.

(Salvatore Quasimodo)

 

Recueil: Et soudain c’est le soir
Traduction: Patrick Reumaux
Editions: Librairie Elisabeth Brunet

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :