Arbrealettres

Poésie

C’est de vivre qu’il s’agit (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2018



Et c’est de vivre
qu’il s’agit

De s’agiter sans hâte

Rythmes et cadences
sans rien casser de l’onde

D’être vitesse exacte
avec le son qui va
d’être en mesure
de la lumière magnifique

(Werner Lambersy)


Illustration: Vincent Van Gogh

2 Réponses to “C’est de vivre qu’il s’agit (Werner Lambersy)”

  1. Jean-Baptiste Besnard said

    Je hais la vitesse excessive qui ne permet plus d’admirer le paysage même si, parfois, elle rend service, quand ça roule bien, ce qui n’est pas toujours le cas alors qu’on cherche à aller de plus en plus vite.

    Vitesse

    On veut arriver avant d’être parti
    Je rêve d’un train qui roule à reculons
    Après avoir atteint la station
    Pour revoir la jolie garde-barrière
    Qui m’avait fait signe de la main.

    Août 2010

    Evidemment, ce texte doit être compris métaphoriquement, sinon il n’a aucun sens. J’eus une « petite » amie qui fut un « grand » amour et qui, après avoir exercé les professions de couturière, de serveuse dans un bar, fut garde-barrière.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :