Arbrealettres

Poésie

En ce temps-là (Max-Henri de Larminat)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019



En ce temps-là, les nuages formulaient à chaque instant de nouveaux animaux,
et je lisais dans le ciel l’histoire de la création

Couché dans l’herbe,
il m’arrivait pourtant de m’endormir inconsidérément.
Quelques maillons de l’évolution des espèces
m’échappaient pour toujours.

(Max-Henri de Larminat)


Illustration

2 Réponses to “En ce temps-là (Max-Henri de Larminat)”

  1. jJean-Baptiste Besnard said

    Ma conception de la création de la terre. Evidemment, à l’époque, nous ignorions le big-bang

    LA TERRE
    Larme dans l’espace
    goutte de feu
    échappée d’un soleil
    en ébullition
    dans un délire bleu
    La lumière jaillit dans le vide
    Drapée de vapeurs
    elle subit les dernières fusions
    et les geysers s’irisent
    en milliers d’arcs-en-ciel
    Des îles éphémères surgissent
    au rythme des marées
    et des étoiles chantent déjà
    dans le silence sidéral.

    1949

    • arbrealettres said

      oh c’est toujours la Poésie qui a raison!
      et puis chaque théorie peut être remplacée par une nouvelle théorie
      encore plus générale…
      mais oui la Lumière jaillit dans le (du?) Vide
      et en plus à « vive » allure!!
      Etonnante Lumière ((-:

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :