Arbrealettres

Poésie

CHANSON DU CAVALIER (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2019



 

cavalier 1

CHANSON DU CAVALIER

Cordoue
Lointaine et solitaire.

Cheval noir, grande lune,
Des olives en ma sacoche.
Bien que j’en sache les chemins
Jamais je n’atteindrai Cordoue.

Par la plaine, par le vent
Cheval noir, lune rouge.
La mort est là me regardant
Du haut des tours de Cordoue.

Ah ! qu’il est long le chemin.
Ah ! mon valeureux cheval.
Ah ! que la mort m’attende
Jusqu’à ce que je sois à Cordoue.

Cordoue
Lointaine et solitaire.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :