Arbrealettres

Poésie

Archive for 9 août 2019

Parmi les impatiences du sel et des iodures (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019



Auparavant,
Pendant des profondeurs,
Nous avons cheminé
Parmi les impatiences
Du sel et des iodures.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Habitations (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019


J’ai logé dans le merle.
Je crois savoir comment
Le merle se réveille et comment il veut dire
La lumière, du noir encore, quelques couleurs,
Leurs jeux lourds à travers
Ce rouge qu’il se voit.

J’ai fait leur verticale
Avec les blés.

Avec l’étang j’ai tâtonné
Vers le sommeil toujours proche.

J’ai vécu dans la fleur.
J’y ai vu le soleil
Venir s’occuper d’elle
Et l’inciter longtemps
A tenter ses frontières.

J’ai vécu dans des fruits
Qui rêvaient de durer.

J’ai vécu dans des yeux
Qui pensaient à sourire.

(Guillevic)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une voix (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019


Une voix
Peut sortir du bois.

Peut-être déjà
Voudrait-elle venir

Avec son corps.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Dix doigts serrés et durs (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019



Dix doigts serrés et durs
Et les yeux fermés
Espèce de vivant qui se fait mort
Ou sur-vivant

(Pierre Albert-Birot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

LUI ET MOI (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019



LUI ET MOI

Grande oreille est-ce lui
celui que je ne veux pas tuer
il a faim quand j’ai faim
il vient quand je m’en vais
il danse quand je danse
il tue qui je tue
je cherche l’ajoutée
il cherche l’ajoutée
liane silence est enroulée
eau et eau
deux mains
LUI ET MOI

(Pierre Albert-Birot)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

St-Athanase (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019



St-Athanase

Un homme et une femme mélangés
Sont passés
Les hirondelles descendaient du ciel en silant
C’est paraît-il signe de pluie
Et pourtant
Cette veuve est très jolie

(Pierre Albert-Birot)


Illustration: James Tissot

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

St-Anicet (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019



St-Anicet

As-tu donc pris
Toute la poésie
De ce bel horizon
Lève-toi
Et va
Vers ce manteau vert

(Pierre Albert-Birot)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les quatre saisons – L’automne (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019



 

Mahira Ates (9)

Les quatre saisons – L’automne

L’automne fait les bruits froissés
De nos tumultueux baisers.

Dans l’eau tombent les feuilles sèches
Et sur ses yeux, les folles mèches.

Voici les pèches, les raisins,
J’aime mieux sa joue et ses seins.

Que me fait le soir triste et rouge,
Quand sa lèvre boudeuse bouge ?

Le vin qui coule des pressoirs
Est moins traître que ses yeux noirs.

(Charles Cros)

Illustration: Mahira Ates

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout est morne … (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019



Tout est morne. On a peur quand l’aube qui s’éveille
Fait une plaie au bas des cieux, rouge et vermeille ;
On a peur quand la bise épand son long frisson ;
On a peur quand on voit, vague, à fleur d’horizon,
Montrant dans l’étendue au crépuscule ouverte,

Son dos mystérieux d’or et de nacre verte,
Ramper le scarabée effroyable du soir ;
On a peur quand minuit sur les monts vient s’asseoir !
Pourtant, dans cette masse informe et frémissante,

Il semble par moments qu’on saisisse et qu’on sente
Comme un besoin d’hymen et de paix, émouvant
Toutes ces profondeurs de nuée et de vent ;
Tout cherche à se parler et tout cherche à s’entendre ;

La terre, à l’océan jetant un regard tendre,
Attire à son flanc vert ce sombre apprivoisé ;
Mais l’eau quitte le bord après l’avoir baisé,
Et retombe, et s’enfonce, et redevient tourmente.

Il n’est rien qui n’hésite et qui ne se démente ;
Le bien prête son voile au mal qui vient s’offrir ;
Hélas ! l’autre côté de savoir, c’est souffrir ;
Aube et soir, vie et deuil ont les mêmes racines ;

Le sort fait la recherche et l’angoisse voisines ;
D’où jaillit le regard on voit sortir le pleur ;
Et si l’oeil dit Lumière, il dit aussi Douleur.
Tout est morne ….

(Victor Hugo)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce corps qui se croit exilé (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019




Tu m’as laissé
Entrer chez toi.
Tu m’as gardé le temps
De me donner à vivre
Ce que peut donc ce corps
Qui se croit exilé.

(Guillevic)

 Illustration: Hippolyte Flandrin

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :