Arbrealettres

Poésie

Archive for 20 septembre 2019

Je vivrai, je mourrai (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



Je vivrai, je mourrai d’avoir été cet homme
Dont la voix de sentence éclate les prisons,
A qui le chaud d’un sein, le parfum d’une pomme
Arrachent un sanglot qui n’est qu’une oraison.

(Jean Rousselot)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Encore une fois le poème ! (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



Encore une fois le poème !
On me hèle ! Je suis sommé !
On tire sur moi des sommets !
A feu et à sang mon coeur blême !
O joie d’être enfin concerné!
O douleur d’être encor le même…

(Jean Rousselot)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si la Mort était morte (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



Si la Mort était morte
d’où s’élèveraient les métamorphoses ?

Face au temps insoluble
nos rêves se lasseraient

Renaître perdrait son filon.

(Andrée Chedid)


Illustration: E. Schiele

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Tyrannie du Verbe (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



La Tyrannie du Verbe

Superbe,
Le Verbe
Traite en pantin
Le Sujet et son destin.
« A mon commandement:
Hop! Hop! Hohé!
Tu vas
Tu subis
Ou tu es. »

(Andrée Chedid)

Illustration: Andrzej Malinowski

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Révolte du Sujet (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



La Révolte du Sujet

« Un jour, un jour »,
Chante le Sujet
« Je me tiendrai
Seul
Sur mes pieds.

Sans ordre
Sans Verbe
Et sans allié,

Dans un désordre
Illuminé! »

(Andrée Chedid)

Illustration: Alain Chayer

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

TRIANON (Henri De Régnier)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



 

Trianon

TRIANON

Un souvenir royal, mélancolique et tendre,
Erre dans le palais et rôde par l’allée,
Destin à qui la Mort tragique s’est mêlée,
Poudre et fard devenus du sang et de la cendre.

Dans le jardin désert j’entends la hache fendre
Le saule où roucoula la colombe envolée;
Les roses ont fleuri l’ombre du mausolée,
Et le ruisseau s’attarde et le banc semble attendre.

Un souvenir s’accoude au dossier des fauteuils;
Un pas résonne encor sur le marbre des seuils;
Un fantôme au miroir vient sourire et s’efface.

Le bassin se tarit, et les feuilles au fond
Dessinent, sous l’eau noire où leur or s’entrelace,
La couronne d’un chiffre et la lettre d’un nom.

(Henri De Régnier)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est peu que ces dix années (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



 

???????????????????

C’est peu que ces dix années
Au cours de ta vie en fleur :
Les siècles te sont donnés ;
Nous n’avons que des heures.

C’est peu ; et c’est toute la fleur,
Pourtant, de ma vie éphémère ;
La fleur est fanée et j’ai peur,
Car le fruit de la vie est amer.

Tes roses refleurissent aux portes
Quand Mai s’en revient et rit ;
La fleur de ma vie est morte ;
Et quel est le fruit de ma vie ?

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Francesco Lo Castro

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

N’es-tu lasse, aussi, de rêver d’hier ? (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



 

Eugeniusz Zak em [1280x768]

N’es-tu lasse, aussi, de rêver d’hier ?
N’es-tu prête à prophétiser ?
Je suis triste et seul et fier
De mon rêve maîtrisé.

Ne veux-tu pas songer à l’ombre
Enfin ! où nous entrons ce soir ;
Et voudrais-tu que je renombre
Mes vieux et mes jeunes espoirs ?

Je suis triste, par-delà la tristesse,
Et si seul que la foule m’émeut ;
Pensée, seras-tu la prêtresse
Du Dieu de la vie, de leur Dieu ?

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Eugeniusz Zak 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vague roule et s’effondre (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



 

Adamov Alexey 12 [1280x768]

La vague roule et s’effondre,
Se reploie et remonte et s’éploie :
— Son culte étreint le monde
D’un océan de joies.

La vague se dresse et s’écroule,
S’assemble et brandit sa clarté :
— Elle donne une âme à la foule
Et la pare de sa beauté.

La vague surgit et nous porte,
Nous qui chantions sous nos treilles,
Assis devant notre porte
À compter nos jours pareils ;

Nous qui chantions en poètes,
L’un pour l’autre, nos mêmes soucis,
Savons-nous si nos âmes sont prêtes
Pour les lendemains que voici ?

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Adamov Alexey

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SAISON DES HOMMES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2019



SAISON DES HOMMES

Sachant qu’elle nous sera ôtée,
Je m’émerveille de croire en notre saison,
Et que nos coeurs à chaque fois
Refusent l’ultime naufrage.
Que demain puisse compter,
Quand tout est abandon ;
Que nous soyons ensemble
Égarés et lucides,
Ardents et quotidiens,
Et que l’amour demeure après le discrédit.

Je m’émerveille du rêve qui sonde l’avenir,
Des soifs que rien ne désaltère.
Que nous soyons chasseurs et gibiers à la fois,
Gladiateurs d’infini et captifs d’un mirage.

Les dés étant formels et la mort souveraine,
Je m’émerveille de croire en notre saison.

(Andrée Chedid)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :