Arbrealettres

Poésie

Emerance (Philippe Chabaneix)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2019




Emerance

C’est toi qu’en rêve je poursuis
Par les sentiers d’Ile-de-France,
C’est toi que j’aime et qui me fuis,
O cher fantôme d’Emerance,

C’est toi la biche et l’oiseau d’or
Dont le passage émeut les feuilles,
C’est toi, dans l’ombre vaste où dort
Maint souvenir, qui te recueilles,

C’est toi la fleur au nom charmant,
La fleur des sous-bois, la pervenche,
C’est toi l’unique diamant,
C’est toi le ciel d’un clair dimanche,

C’est toi le feu qui danse et court,
C’est toi l’éternelle incomprise,
Et c’est toi ce beau chant d’amour
Qu’une enfant soupire à la brise.

(Philippe Chabaneix)

Illustration: Wojciech Niemiec

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :