Arbrealettres

Poésie

Archive for 26 octobre 2019

Poisson (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019


Le-poisson_432_320

Les poissons, les nageurs, les bateaux
Transforment l’eau.
L’eau est douce et ne bouge
Que pour ce qui la touche.

Le poisson avance
Comme un doigt dans un gant,
Le nageur danse lentement
Et la voile respire.

Mais l’eau douce bouge
Pour ce qui la touche,
Pour le poisson, pour le nageur, pour le bateau
Qu’elle porte
Et qu’elle emporte.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 5 Comments »

La petite (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019


sunflowerchild

A moitié petite,
La petite
Montée sur un banc.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le vent (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019


341_Le_vent
Le vent
hésitant
Roule une cigarette d’air.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 7 Comments »

Elle fait fondre la neige (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019


pigeons

 

Le coeur à ce qu’elle chante
Elle fait fondre la neige
La nourrice des oiseaux.

(Paul Eluard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’amour sort le soir (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019



ed7609cced8b963fd70b4373bb2d39cd

 

Femme sans chanteur,
Vêtements noirs, maisons grises,
L’amour sort le soir.

(Paul Eluard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Plus qu’à fermer les yeux (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019




Toutes les tours d’ivoire seront démolies,
toutes les paroles seront sacrées
et l’homme s’étant enfin accordé
à la réalité qui est sienne
n’aura plus qu’à fermer les yeux
pour que s’ouvrent les portes du merveilleux.

(Paul Eluard)


Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

La forme de ton coeur (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019


iefpx9b1

 

Ta chevelure d’oranges dans le vide du monde
Dans le vide des vitres lourdes de silence
Et d’ombre où mes mains nues cherchent tous tes reflets.

La forme de ton coeur est chimérique
Et ton amour ressemble à mon désir perdu.
Ô soupirs d’ambre, rêves, regards.

Mais tu n’as pas toujours été avec moi. Ma mémoire
Est encore obscurcie de t’avoir vue venir
Et partir. Le temps se sert de mots comme l’amour.

(Paul Eluard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

C’est une fille! (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019



la_fille_de_dos
C’est une fille! –
Où sont ses yeux? –
C’est une fille! –
Où sont ses seins?
C’est une fille! –
Que dit-elle? –
C’est une fille! –
A quoi joue-t-elle
C’est une fille, c’est mon désir!

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Nuits sans sourire (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019



Le plus profond sommeil animal végétal
Me fait naître et survivre dans la nuit sans bornes.

Dans les yeux assez d’ombre pour y voir la nuit
Pour voir la plus ancienne image de la nuit

Prolongée jusqu’à moi bonne nuit sur ce lit.

De grandes femmes nues annulent le désert
Ce monde est sous l’empire de la chair glorieuse.

Tout est en un instant réduit à l’abandon
Du reflet d’une robe dans un miroir vide.

Pour connaître la forme et le poids de ses seins
La plus belle au matin s’enferme dans ses bras.

Le coeur dissimulé dans ce blanc coquillage
Elle échappe à la crue sanglante des aurores.

Des corps filigranés de leur squelette pâle
Confirment le fossile éclaircissent la gangue.

Les voûtes de la nuit caresses idéales
Herbes jamais nouées vont plus haut que le temps.

L’espace de la terre ainsi s’entrouvre et vit.

(Paul Eluard)

Illustration: Paul Delvaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Escarboucle dans la rosée (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2019



toile-araignee-perles-rosee_5600
Je fus homme je fus rocher
Je fus rocher dans l’homme homme dans le rocher
Je fus oiseau dans l’air espace dans l’oiseau
Je fus fleur dans le froid fleuve dans le soleil
Escarboucle dans la rosée

Fraternellement seul fraternellement libre

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :