Arbrealettres

Poésie

HERBE VIVE (Louis Guillaume)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2019



HERBE VIVE

L’herbe du soir a parcouru trop de chemin
Le ciel ouvre ses guichets noirs
Le coeur des maisons pompe le sommeil
La pluie s’allonge sur l’ardoise

L’oiseau de minuit brise les barreaux
Un pauvre tend les mains vers celles de l’absence
Dans ses prisons le sang circule
La liberté de l’eau s’arrête au creux des pas

Un chien que l’aube effacera
s’enfuit plus loin que les ornières
La rivière de l’ombre affûte son silence
aux berges vives des écorces

Le temps stagne sur les cadrans
Chaque arbre attend comme une éponge
Seuls remplissant les murs comblés d’air et de songes
les dormeurs continuent de vivre

Pourtant le feu couvant sous terre
prépare des linceuls fleuris
Un enfant pleure et tu souris
à la naissance des primevères

La plante aux racines errantes
soudain sur la pelouse a fixé sa promesse
Déjà s’offre à la plaie du jour
toute chair encore immobile

L’herbe du matin luit à travers les volets
Le soleil sur mille pignons
se laisse clouer à coups d’ailes
Un homme s’échappe des pierres

(Louis Guillaume)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :