Arbrealettres

Poésie

Archive for 18 janvier 2020

Le ressac (Sylvain Tesson)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2020



Illustration: Elena Vyatkina
    
Le ressac

L’océan est un peu agaçant, à la fin.
Chaque vague en fait des tonnes,
pour rien.

(Sylvain Tesson)

 

Recueil: Une très légère oscillation
Traduction:
Editions: Equateurs

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Je n’ai jamais pu (Sylvain Tesson)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2020



Illustration: Gilbert Garcin
    
Je n’ai jamais pu aller au bout de moi-même,
par peur du vide.

(Sylvain Tesson)

 

Recueil: Une très légère oscillation
Traduction:
Editions: Equateurs

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’ombre (Sylvain Tesson)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2020




    
L’ombre,
mélancolie de l’arbre.

(Sylvain Tesson)

 

Recueil: Une très légère oscillation
Traduction:
Editions: Equateurs

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Maigrir en marchant (Sylvain Tesson)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2020




    
Maigrir en marchant :
laisser à la route un peu de soi.

(Sylvain Tesson)

 

Recueil: Une très légère oscillation
Traduction:
Editions: Equateurs

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

Peau d’âme (Sylvain Tesson)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2020




    
Peau d’âme :
personnage de conte ultra-sensible.

(Sylvain Tesson)

 

Recueil: Une très légère oscillation
Traduction:
Editions: Equateurs

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’évaporation (Sylvain Tesson)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2020




Illustration: ArbreaPhotos
    
L’évaporation :
dernier soupir de l’eau mourante.

(Sylvain Tesson)

 

Recueil: Une très légère oscillation
Traduction:
Editions: Equateurs

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Sur ton corps lisse de caillou (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2020



Illustration: Egon Schiele
    
Sur ton corps lisse de caillou
mes mains vont, forêts en liberté,
comme vers des sommets d’où je retombe,
source altérée de soleil.

Ton cœur est si proche de mon cœur
que nos artères se mêlent les unes aux autres
et ne retrouvent plus à nos fronts qu’une seule tempe
pour faire battre l’espace.

Bateau venu de la haute mer,
je vais très loin au fond de tes plages
et je me renverse dans les fougères
qui naissent de ton corps entr’ouvert.

Lorsque nous n’avons plus pour respirer
que l’air écrasé dans nos baisers,
le jour qui nous sépare a beau faire,
il n’arrive pas à être aussi nu que toi.

(Lucien Becker)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Rien que l’amour
Traduction:
Editions: La Table ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :