Arbrealettres

Poésie

Rondeau de la grenouille (Jacques Roubaud)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2020




    
Rondeau de la grenouille

Un beau soir d’été la verte grenouille
Reçoit pour dîner sur son nénuphar
Des amis, madame et monsieur Canard
Et monsieur Mulot. Menu : ratatouille.

Monsieur Mulot vient un peu en retard
Il craint de tomber dans l’eau :
Ça vous mouille
Même un soir d’été

Le nénuphar bouge. Il crie :
« ouille ! ouille ! ouille ! »
« Mais n’aie donc pas peur ! » lui dit
la grenouille
« Mange du dessert ! » disent les canards
Le repas fini il est déjà tard
On va dormir dans l’herbe qui chatouille
Au beau soir d’été

(Jacques Roubaud)

 

Recueil: Rondeaux poésies
Traduction:
Editions: Gallimard

2 Réponses vers “Rondeau de la grenouille (Jacques Roubaud)”

  1. Grenouille rouge
    ———-

    Étonnante sagesse en faible tête enclose,
    Avec la charité, la justice et l’amour ;
    Les souvenirs d’antan sagement y reposent,
    Eux qui, bien entendu, ne vivront pas toujours.

    Cette vie batracienne est une douce chose,
    Avec de vrais festins et bien peu de discours ;
    Avec les gais propos d’une grenouille rose,
    Puis d’un roseau pensant les étonnants discours.

    Par mille petits riens son âme est divertie,
    Dont la pure candeur n’est jamais pervertie;
    Un temps de solitude, un temps pour l’amitié.

    En visite parfois vient une noble Dame
    Qui dit «Cet animal n’est point de bénitier,
    De notre mécréance est rallumée la flamme».

  2. Sagesse d’un anoure
    ——–

    Il te faut écouter les mots de la grenouille,
    Elle connaît la mort, puis la vie, puis l’amour ;
    Elle en clame le sens à tous les carrefours,
    Pour les honnêtes gens comme pour les fripouilles.

    Elle sait le secret de la Grande Citrouille,
    Ainsi que la chanson de la plus haute tour ;
    La Fontaine autrefois venait suivre ses cours,
    Lui qui dans les secrets des animaux farfouille.

    La grenouille fréquente un moine régulier
    Qui lui offre souvent des livres singuliers ;
    Ensemble ils ont écrit une pantalonnade.

    Elle vit au grand air, le monde est sa maison,
    Mais elle y fait surtout de courtes promenades
    Ne bougeant nullement dans la froide saison.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :