Arbrealettres

Poésie

Archive for 14 février 2020

Si là maintenant (Yosano Akiko)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020




Illustration
    
Si là maintenant,
Je regarde en arrière
La passion vécue,
Je ne craignais pas le noir
Car mes yeux ne voyaient plus

(Yosano Akiko)

 

Recueil: Cheveux emmêlés
Traduction: Claire Dodane
Editions: Les Belles Lettres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une si jolie vie (Yosano Akiko)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020




    
Une si jolie vie,
La voler serait dommage
M’assura le dieu,
Mais ma prière d’amour
Est aujourd’hui exaucée

(Yosano Akiko)

 

Recueil: Cheveux emmêlés
Traduction: Claire Dodane
Editions: Les Belles Lettres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De mes pas feutrés (Yosano Akiko)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020




    
De mes pas feutrés,
Je te poursuis mon amant
Sous la lune pâle ;
Combien dans ma manche droite
Est lourd le poids de ta lettre

(Yosano Akiko)

 

Recueil: Cheveux emmêlés
Traduction: Claire Dodane
Editions: Les Belles Lettres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le coeur déplumé (Yosano Akiko)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020



Illustration
    
Le coeur déplumé
Un matin l’une des cordes
De mon petit luth :
Dieu l’a cassée soudainement,
À jamais abandonnée

(Yosano Akiko)

 

Recueil: Cheveux emmêlés
Traduction: Claire Dodane
Editions: Les Belles Lettres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde (John Haldane)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020




    
Le monde est non seulement plus bizarre que nous le supposons,
mais plus bizarre encore que nous sommes capables de le supposer.

(John Haldane)

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’imagination (Albert Einstein)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020




    
L’imagination est plus importante que le savoir.
Le savoir est limité alors que l’imagination
englobe le monde entier.

(Albert Einstein)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand je prononce le mot Rien (Wislawa Szymborska)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020


 



    
Quand je prononce le mot Rien,
je créé une chose qui ne tiendrait dans aucun néant.

(Wislawa Szymborska)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi y-a-il quelque chose plutôt que rien ? (Sidney Morgenbesser)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020




    
Pourquoi y-a-il quelque chose
plutôt que rien ?

S’il n’y avait rien,
vous seriez quand même en train de vous plaindre.

(Sidney Morgenbesser)

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’INFINI (Giacomo Leopardi)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020



Illustration
    
L’INFINI

Toujours elle me fut chère cette colline solitaire
et cette haie qui dérobe au regard
tant de pans de l’extrême horizon.
Mais demeurant assis et contemplant,
au-delà d’elle, dans ma pensée j’invente
des espaces illimités, des silences surhumains
et une quiétude profonde ; où peu s’en faut
que le cœur ne s’épouvante.
Et comme j’entends le vent
bruire dans ces feuillages, je vais comparant
ce silence infini à cette voix :
en moi reviennent l’éternel,
et les saisons mortes et la présente
qui vit, et sa sonorité. Ainsi,
dans cette immensité, se noie ma pensée :
et le naufrage m’est doux dans cette mer.

(Giacomo Leopardi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai senti un cri infini (Edvard Munch)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2020



Illustration: Edvard Munch
    
Je me promenais sur un sentier avec deux amis.
Le soleil se couchait.

Tout à coup, le ciel est devenu rouge sang.
Je me suis arrêté, épuisé me suis appuyé sur une clôture,
il y avait du sang et des langues de feu
au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville.

Mes amis ont continué,
et je suis resté là, tremblant de peur.

J’ai senti un cri infini
qui passait à travers l’univers.

***

eg gik bortover veien med to venner – solen gik ned –
Jeg følte som et pust av vemod –
Himmelen ble plutselig blodig rød –
Jeg stanset, lænede meg til gjerdet mat til døden –
så ut over de flammende skyerne som blod og sværd over den blåsvarte fjord og by –
Mine venner gik videre –
jeg sto der skjælvende av angst –
og følte et stort uendelig skrik gjennom naturen.

(Edvard Munch)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :