Arbrealettres

Poésie

Archive for 8 mars 2020

Nous les heureux (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020


Nous les heureux bien assis
Au spectacle gratuit
Du Grand Théâtre à ciel ouvert
Qu’avons-nous donc fait avant
Pour être ainsi récompensés

(Pierre Albert-Birot)


Illustration: Jonathon Earl Bowser

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

ODE AU MAGNOLIA (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020



ODE AU MAGNOLIA

[…]

Une fleur de magnolia
pure
ronde comme un cercle
de neige
monta jusqu’à ma fenêtre,
me réconciliant avec la beauté.
Entre ses feuilles lisses
– ocre et vert –
fermée,
elle était parfaite
comme un oeuf
céleste,
ouverte
elle était la pierre
de la lune,
Aphrodite embaumée,
planète de platine.
Ses grands pétales me rappelèrent
les draps
de la première lune
amoureuse,
et son pistil
érigé
était tour nuptiale
des abeilles.

Ô blancheur
entre
toutes les blancheurs,
fleur immaculée,
amour resplendissant,
odeur de neige blanche
et de citrons,
secrète secrétaire
de l’aurore,
coupole
des cygnes,
rayonnante apparition!

Comment
te chanter sans
toucher
ta
peau très pure,
t’aimer
seulement
aux pieds
de ta beauté,
et t’emporter
dormante
dans l’arbre de mon âme,
resplendissante, ouverte,
aveuglante,
sur la forêt obscure
des songes!

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ODE AU TEMPS A VENIR (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020



ODE AU TEMPS A VENIR

Temps, tu m’appelles. Avant,
tu étais
espace pur,
vaste prairie.
Aujourd’hui
tu es
fil ou goutte,
lumière mince
courant comme un lièvre vers les ronces
de la nuit concave.

Mais
maintenant
tu me dis, temps, ce que
naguère tu ne m’as pas dit :
presse le pas,
repose ton coeur,
déploie ton chant.
Je suis le même. Non? Qui, dans le lit
des eaux qui s’écoulent
identifie le fleuve?

Je sais seulement que là même,
une seule
porte
mon coeur frappe,
depuis hier, depuis longtemps,
depuis lors,
depuis ma naissance.
Là-bas
où répond
l’écho obscur
de la mer
qui chante et que je chante
et que
je
reconnais
simplement
un aveugle sifflement,
à un rayon
dans les vagues,
à ses vastes écumes dans la nuit.

Ainsi donc, temps, en vain
tu m’as mesuré,
en vain tu as passé
prodiguant
des chemins à l’errant.
Contre une seule porte
j’ai passé toute la nuit,
solitaire, à chanter.

Et maintenant
que ta lumière s’amenuise
comme animal courant
et se perdant dans l’ombre
tu me dis
à l’oreille
ce que tu ne m’as pas appris
et que j’ai toujours su.

(Pablo Neruda)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

IL SE FAIT QUE (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020



IL SE FAIT QUE

Quelqu’un a frappé chez moi, le 6 Août :
la porte, personne.
Personne n’est entré, ne s’est assis
et ne m’a tenu compagnie, personne.

Non, je n’oublierai jamais cette absence
qui entrait dans mes murs comme dans un moulin
et me plaisait en n’étant pas,
avec un vide ouvert à tout.

On ne m’a pas interrogé la bouche close
et j’ai répondu, moi, sans voir et sans parler.

Quelle longue interview! Quel étrange entretien!

(Pablo Neruda)


Illustration: Alex Everitt

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est là-bas (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020



C’est là-bas

On vous dit c’est là-bas
En allongeant le bras
Qui vous y conduit
Alors on part
Mais on meurt en chemin

(Pierre Albert-Birot)

Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’air des salles de concerts (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020



L’air des salles de concerts
Doit être admirablement musical
Pensez à toutes ces notes qui vivent là
Mais on ne les entend pas
A cause de la musique

(Pierre Albert-Birot)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Même dans une église (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020



Même dans une église
On a moins de silence
Qu’au Palais de Livres
Que de calme sur les rayons
Des in-quarto pleins de batailles

(Pierre Albert-Birot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :