Arbrealettres

Poésie

CLAVIER D’ANTAN (Emile Nelligan)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2020



CLAVIER D’ANTAN

Clavier vibrant de remembrance,
J’évoque un peu des jours anciens,
Et l’Éden d’or de mon enfance
Se dresse avec les printemps siens,
Souriant de vierge espérance
Et de rêves musiciens…
Vous êtes morte tristement,
Ma muse des choses dorées,
Et c’est de vous qu’est mon tourment;
Et c’est pour vous que sont pleurées
Au luth âpre de votre amant
Tant de musiques éplorées.

(Emile Nelligan)


Illustration

Une Réponse vers “CLAVIER D’ANTAN (Emile Nelligan)”

  1. Stadtmusikanten
    ——–

    Aime notre musique, elle te réconforte,
    Elle adoucit les moeurs, mais ça, tu le savais !
    Comme si dans une eau ton âme tu lavais,
    Ce qui la renouvelle et qui la rend plus forte.

    Tu dois reconnaissance aux gens de notre sorte,
    Ils sont pleins de vigueur et n’ont rien de mauvais ;
    Ne tourne point le dos en disant « Je m’en vais »,
    Car tu n’es point de ces amis que vent emporte.

    Tu écoutes nos airs, tu n’es plus solitaire,
    Tu goûtes l’harmonie du ciel et de la terre ;
    Tu es rempli d’amour, n’en sois pas étonné.

    Tu seras pour toujours notre auditeur joyeux,
    Tu nous protègeras lorsque nous serons vieux ;
    Tu ne perdras jamais l’envie de fredonner.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :