Arbrealettres

Poésie

Archive for 19 avril 2020

Apparemment, tu ne fais pas de gestes (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020



Apparemment,
Tu ne fais pas de gestes.

Tu es assis là sans bouger,
Tu regardes n’importe quoi,

Mais en toi
Il y a des mouvements qui tendent

Dans une espèce de sphère
A saisir, à pénétrer,

À donner corps
À je ne sais quels flottements

Qui peu à peu deviennent des mots,
Des bouts de phrase,

Un rythme s’y met
Et tu acquiers un bien.

(Eugène Guillevic)

Illustration: Gennadiy Ulybin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce silence de l’herbe (Alain Vircondelet)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020


allonge-dans-l-herbe

Ce silence de l’herbe
Sa vaillance
Aussi sa solitude
D’où vient
Ce qui l’irrigue
Comme mon souffle?

(Alain Vircondelet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Au temps de l’alphabet (Paul Nougé)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020



Au temps de l’alphabet

des pieds des mains pour rire
mais les yeux pour pleurer

un bel oiseau se mire
des pieds des mains pour rire
la nuit vient de tomber

le pied boitera
la main sèchera
le monde mourra
mais moi moi moi …

laissons le monde dire
et les yeux se fermer

un bel oiseau pour rire
des pieds des mains pour rire
la nuit peut bien tomber

la nuit peut bien tomber

(Paul Nougé)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

LE TEMPS (Marc Alyn)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020



LE TEMPS

Le temps est prisonnier d’une épine, on entend
La fleur rêver sans fin l’énigme de sa pourpre ;
C’est toujours le moment de dire ce qui veille
Sous la paupière close de l’automne.
On ajoute le rire à l’aigu des fontaines,
Une monnaie usée comme l’âme est le prix
De cette solitude aux portes de la rose.

(Marc Alyn)

Illustration: Kristoffer Zetterstrand

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FRATERNITÉ (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020




FRATERNITÉ

Je suis homme : je dure peu
et la nuit est énorme.
Mais je regarde vers le haut :
les étoiles écrivent.
Sans comprendre je comprends :
je suis aussi écriture
et en ce même instant
quelqu’un m’épelle.

(Octavio Paz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Ode (Valery Larbaud)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020



Ode

Prête-moi ton grand bruit, ta grande allure si douce,
Ton glissement nocturne à travers l’Europe illuminée,
Ô train de luxe ! et l’angoissante musique
Qui bruit le long de tes couloirs de cuir doré,
Tandis que derrière les portes laquées, aux loquets de cuivre lourd,
Dorment les millionnaires.
Je parcours en chantonnant tes couloirs
Et je suis ta course vers Vienne et Budapesth,
Mêlant ma voix à tes cent mille voix,
Ô Harmonika-Zug !

J’ai senti pour la première fois toute la douceur de vivre,
Dans une cabine du Nord-Express, entre Wirballen et Pskow.
On glissait à travers des prairies où des bergers,
Au pied de groupes de grands arbres pareils à des collines,
Étaient vêtus de peaux de moutons crues et sales…
(Huit heures du matin en automne, et la belle cantatrice
Aux yeux violets chantait dans la cabine à côté.)
Et vous, grandes places à travers lesquelles j’ai vu passer la Sibérie et les monts du Samnium,
La Castille âpre et sans fleurs, et la mer de Marmara sous une pluie tiède !

Prêtez-moi, ô Orient-Express, Sud-Brenner-Bahn , prêtez-moi
Vos miraculeux bruits sourds et
Vos vibrantes voix de chanterelle ;
Prêtez-moi la respiration légère et facile
Des locomotives hautes et minces, aux mouvements
Si aisés, les locomotives des rapides,
Précédant sans effort quatre wagons jaunes à lettres d’or
Dans les solitudes montagnardes de la Serbie,
Et, plus loin, à travers la Bulgarie pleine de roses…

Ah ! il faut que ces bruits et que ce mouvement
Entrent dans mes poèmes et disent
Pour moi ma vie indicible, ma vie
D’enfant qui ne veut rien savoir, sinon
Espérer éternellement des choses vagues.

(Valery Larbaud)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Murad Sayen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE RETOUR DES DIEUX (Georges Henein)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020


 


Campos Edson 01 [1280x768]

LE RETOUR DES DIEUX

Seins issus d’une fête labiale
et cachetés à la cire du souvenir
une fille sourit à sa peau
dans le vent nu des campagnes
puis ses mains descendent le long
comme l’ancre d’un vaisseau
reconduit à la terre

Reflet exténué des saisons vécues
elle se replie sur un mal
plus secret que toute mort
sur la tige nacrée de sa solitude
de son corps
sur l’odeur brusque de l’amour
dans un tiroir d’embruns

les doigts à l’épreuve du tambour
la taille sur la pente du cerceau
elle s’affaiblit dans l’eau légère
de sa propre distance
comme un sort mal jeté

Aucun réveil pourtant
aucun réveil possible
sans le retour des Dieux
auxquels nulle croyance n’est due.

(Georges Henein)

Illustration: Campos Edson

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Salut (Stéphane Mallarmé)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020



Salut

Rien, cette écume, vierge vers
A ne désigner que la coupe;
Telle loin se noie une troupe
De sirènes mainte à l’envers.

Nous naviguons, ô mes divers
Amis, moi déjà sur la poupe
Vous l’avant fastueux qui coupe
Le flot de foudres et d’hivers;

Une ivresse belle m’engage
Sans craindre même son tangage
De porter debout ce salut

Solitude, récif, étoile
A n’importe ce qui valut
Le blanc souci de notre toile.

(Stéphane Mallarmé)


Illustration: Victor-Louis Mottez

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

BIBLE (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020




BIBLE

Le feu et toute la crépitude
M’avaient jeté sur un versant
Je chantais un chant nu
Et seul comme un mouton
Je paissais l’effroi et la solitude
Chacun est un Job et un Jérémie
De profundis ad te clamavi
Inutilement du triste génie de ma vie
Un pauvre arbre vert une feuille
Que rien n’appelle et que rien n’accueille
Un soupir un nom prononcé
Mystère de la détresse nue et totale
Le grain de la douleur une larme étonnée
Qu’aucun autre ne sait et ne saura jamais.

(Pierre Morhange)


Illustration: William Blake

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Mais ce cœur est rongé d’ennui (Benjamin Fondane)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020


 


Campos Edson  04 [1280x768]

Mais ce cœur est rongé d’ennui comme le mien,
comme le mien aussi salé de solitude
on ne peut s’embrasser qu’à travers un miroir,
se toucher qu’à travers un fleuve de silence

(Benjamin Fondane)

Illustration: Campos Edson

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :