Arbrealettres

Poésie

Archive for 4 juin 2020

LE MANEGE (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020




    
LE MANEGE

Un enfant de couleur à la fête :

Où est le compartiment des nègres
Sur ce manège,
Monsieur, parce que je veux monter ?
Là-bas dans le Sud d’où je viens
Les Blancs et les gens de couleur
Ne peuvent pas s’asseoir côte à côte.
Là-bas dans le Sud dans le train
Y a une voiture pour les nègres.
Dans l’autobus on nous met à l’arrière,
Mais y a pas d’arrière
Dans un manège!
Où est donc le cheval
Pour le gamin qu’est noir ?

***

Merry-Go-Round
(Colored child at carnival)

Where is the Jim Crow section
On this merry-go-round,
Mister, cause I want to ride?
Down South where I come from
White and colored
Can’t sit side by side.
Down South on the train
There’s a Jim Crow car.
On the bus we’re put in the back-
But there ain’t no back
To a merry-go-round!
Where’s the horse
For a kid that’s black?

(Langston Hughes)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’ESCARGOT (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

escargot rosée

L’ESCARGOT

Petit escargot
Qui rêves et qui vas,
La rose et le temps qu’il fait
C’est tout ce que tu sais.
La rose et le temps qu’il fait
C’est tout ce que tu vois
Toi qui bois
Le mystère
D’une goutte de rosée.

***

Snail

Little snail,
Dreaming you go.
Weather and rose
Is all you know.
Weather and rose
Is all you see
Drinking
The dewdrop’s
Mystery.

(Langston Hughes)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRIÈRE A L’ARC-EN-CIEL (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

PRIÈRE A L’ARC-EN-CIEL

O Dieu de poussière
Et d’arc-en-ciel,
Aide-nous à voir
Que sans la poussière
Il n’est point
D’arc-en-ciel,
Que sans la nuit
Le matin
Serait sans gloire :
O Dieu de poussière
Et d’arc-en-ciel
Aide-nous à savoir.

***

Oh, God of dust and rainbows, help us see
That without dust the rainbow would not be

[…]

(Langston Hughes)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’AMOUR RECOMMENCE (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

L’AMOUR RECOMMENCE
(Blues)

Ma vie c’est rien du tout,
Des tas de choses, Dieu sait ce que c’est!
Je dis ma vie c’est rien du tout,
Des tas de choses, Dieu sait ce que c’est!
Rien qu’une chose puis une autre
Qui s’ajoute au tracas que j’ai.

Quand je t’ai connu, moi
J’ai cru que je tenais un ange d’innocence.
Quand je t’ai connu,
J’ai cru que je tenais un ange d’innocence,
Mais tu n’étais qu’un démon
Et j’ai failli en perdre tous les sens.

Dis-moi, dis-moi donc,
Ce qui fait que l’amour tant vous lance ?
Dis-moi ce qui fait
Que l’amour tant vous lance ?
Ça vous prend puis ça vous brise…
Et puis faut que ça recommence.

(Langston Hughes)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES VAGABONDS (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

LES VAGABONDS

Nous sommes les désespérés,
Les jamais soucieux,
Les affamés,
Qui n’avons aucun lieu
Pour manger,
Aucun endroit pour dormir,
Les sans larmes
Incapables
De pleurer.

***

Vagabonds

We are the desperate
Who do not care,
The hungry
Who have nowhere
To eat,
No place to sleep,
The tearless
Who cannot
Weep.

(Langston Hughes)

Illustration: Théophile Alexandre Steinlen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Assis sur la colline (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

JoeurDeTambour

Assis sur la colline
Il bat son tambour
Pour les puissants esprits de la terre
Qui ne viennent jamais.

Assis sur la colline
Le regard vers la mer
Vers une terre de mirage
Qui ne sera jamais.

(Langston Hughes)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SILHOUETTE (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



SILHOUETTE

Gentille dame du Sud
N’ayez peine aucune.
Ce n’est qu’un Noir qu’ils ont pendu
Dans l’ombre de la lune.

A l’arbre du chemin
Ils ont pendu un Noir
Dans l’ombre de la lune
Pour que tous puissent voir
Comment Dixie protège
Ses femmes blanches.

Voyons gentille dame du Sud
Du calme!
Du calme!

***

Silhouette

Southern gentle lady,
Do not swoon.
They’ve just hung a black man
In the dark of the moon.

They’ve hung a black man
To a roadside tree
In the dark of the moon

For the world to see
How Dixie protects
Its white womanhood.

Southern gentle lady,
Be good!
Be good!

(Langston Hughes)

Illustration: Victor Hugo

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sottes bêtes (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



Martin Theodore Ward 0

Sottes bêtes

Le chien dévala la rue à toute vitesse,
Le chat grimpa sur le cheneau.
La souris qui les voyait s’écria :
« Toujours les mêmes! »

***

Silly Animals

The dog ran down the street
The cat ran up the drain
The mouse looked out and said,
There they go again!

(Langston Hughes)

Illustration: Martin Theodore Ward

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE NOIR PARLE DES FLEUVES (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

Pedro Ruiz  1957 - Colombian painter -  (22) [1280x768]

LE NOIR PARLE DES FLEUVES

J’ai connu des fleuves,
J’ai connu des fleuves vieux comme le monde et plus anciens que le sang qui coule dans les veines des hommes.

Mon âme est devenue aussi profonde que les fleuves.

Je me suis baigné dans l’Euphrate quand l’aurore du monde était jeune.
J’ai bâti ma hutte près du Congo qui a bercé mon sommeil
J’ai regardé le Nil et j’ai construit au-dessus les Pyramides.
J’ai entendu le chant du Mississippi quand Lincoln descendit à la Nouvelle-Orléans, et j’ai vu ses fanges profondes devenir au couchant comme de l’or.

J’ai connu des fleuves,
Des fleuves très vieux et ténébreux.
Mon âme est devenue aussi profonde que les fleuves.

***

The Negro Speaks of Rivers

I’ve known rivers:
I’ve known rivers ancient as the world and older than the flow of human blood in human veins.

My soul has grown deep like the rivers.

I bathed in the Euphrates when dawns were young.
I built my hut near the Congo and it lulled me to sleep.
I looked upon the Nile and raised the pyramids above it.
I heard the singing of the Mississippi when Abe Lincoln went down to New Orleans, and I’ve seen its muddy bosom turn all golden in the sunset.

I’ve known rivers:
Ancient, dusky rivers.

My soul has grown deep like the rivers.

(Langston Hughes)

Illustration: Pedro Ruiz

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUAND SUZANNE JONES EST VÊTUE DE ROUGE (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



 

robe rouge

QUAND SUZANNE JONES EST VÊTUE DE ROUGE

Quand Suzanne Jones est vêtue de rouge,
Sa face est comme une camée antique,
Brunie par les siècles,
Viens Jésus, avec un appel de trompettes!

Quand Suzanne Jones est vêtue de rouge,
C’est une reine qui revient
D’une nuit d’Egypte depuis longtemps défunte.
Sonnez Jésus les trompettes!

Et la beauté de Suzanne Jones vêtue de rouge
Brûle au fond de mon coeur une flamme d’amour
Vive comme une douleur.

Douces trompettes d’argent,
O Jésus!

***

WHEN SUSANNA JONES WEARS RED

When Susanna Jones wears red
Herface is like an ancient cameo
Turned brown by the ages.

Come with a blast of trumpets,
Jesus!

When Susanna Jones wears red
A queen from some time-dead Egyptian night
Walks once again.

Blow trumpets, Jesus!

And the beauty of Susanna Jones in red
Burns in my heart a love-fire sharp like pain.

Sweet silver trumpets,
Jesus!

(Langston Hughes)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :