Arbrealettres

Poésie

LES ÉTOILES (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



Harlem_at_Night_ g

LES ÉTOILES

Cette traînée d’étoiles sur les rues de Harlem
Ce léger souffle d’oubli qu’est la nuit.
Toute une ville s’élève
Au chant d’une mère.
Toute une ville rêve
Au son d’une berceuse.
Tends ta main, petit enfant noir, et prends une étoile.
Du fond de ce léger souffle d’oubli
Qu’est la nuit,
Ne prends
Qu’une seule étoile.

***

O, sweep of stars over Harlem streets,
O, little breath of oblivion that is night.
A city building
To a mother’s song.
A city dreaming
To a lullaby.
Reach up your hand, dark boy, and take a star.
Out of the little breath of oblivion
That is night,
Take just
One star.

(Langston Hughes)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :