Arbrealettres

Poésie

Archive for 5 juillet 2020

L’écureuil (Maurice Rollinat)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



L’écureuil

Le petit écureuil fait de la gymnastique
Sur un vieux chêne morne où foisonnent les guis.

Les rayons du soleil, maintenant alanguis,
Ont laissé le ravin dans un jour fantastique.

Le paysage est plein de stupeur extatique;
Tout s’ébauche indistinct comme dans un croquis.
Le petit écureuil fait de la gymnastique
Sur un vieux chêne morne où foisonnent les guis.

Tout à l’heure, la nuit, la grande narcotique,
Posera son pied noir sur le soleil conquis;
Mais, d’ici là, tout seul, avec un charme exquis,
Le petit écureuil fait de la gymnastique.

(Maurice Rollinat)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bérénice (Bernard Manciet)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



Recel nacré dans la toison sombre
de cette nuit en odeur froissée
échevelée en soi Bérénice
ce pleur de sel par fourrure épaisse
lumière noire en follets et flammes
dans tel cresson mes chevaux se battent
te délivrant écume en écume
rosée accrue ils la désétoilent

(Bernard Manciet)


Illustration: John William Godward

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à passe-passe (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



Retouche à passe-passe

cercles du ciel et de l’eau
le regard vous sépare et vous lie
ainsi la maison noire et la lumière
ton visage et mes yeux, double amour,
de mains étranges douces miennes

(Daniel Boulanger)


Illustration: Escher

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les plaies des vivants (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



Les plaies des vivants
Mises bout à bout,

Qu’est-ce que ça donnerait?

(Guillevic)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Une île (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



Une île

[…]

Une île qui n’a pas de nom
M’attend sur la mer atlantique
C’est un caillou presque tout rond
Avec trois arbres squelettiques
Et trente pas de sable blond
Une île…

Je n’y bâtirai
Ni quai, ni maison
Je n’y inscrirai
Qu’un nom sur le sable.
Le vent et la mer
Restent responsables,
Ils l’effaceront.
Quand je n’aurai plus
Le vent dans ma toile,
Quand j’aurai vendu
Le nord et l’étoile,
Vous entendrez dire :
Il a mis les voiles
Il est devenu…

Un vieux caillou presque tout rond
Avec trois arbres squelettiques
Et trente pas de sable blond
Une île…

(Gilles Vigneault)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche au souvenir (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020


fenetres

 

l’ombre d’un prénom désuet
éteint l’acier du revolver
sur le bonheur du jour

deux fenêtres en bonnes soeurs
sévères et sans pensée
surveillent le silence

(Daniel Boulanger)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que le merle nous célèbre comme toujours (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



Si, au dernier moment,

Tu peux encore
Penser,

J’aimerais
Que ce soit à elle

Et que le merle
Nous célèbre
Comme toujours.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 4 Comments »

COQUILLAGE CASSÉ (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



coquillage cassé

 

COQUILLAGE CASSÉ

Coquillage cassé
Sur les sables endormis
Dans les bras de la haute mer
Ce gîte ancien
Qui fut le mien peut-être
N’est plus qu’une moitié
De sa spirale première
Au nacre rose
Et je sais que le sable
Remué par la marée prochaine
Emplira parfaitement
Ce trou d’absence
Je sais le vent n’y fera même plus
Ce bruit de grève et rêve
Dont mes oreilles
Orgueilleusement refermées
N’ont cependant pas sacrifié encore
A la clameur du temps
La monodie mélancolique

Coquillage cassé
Sur les sables lointains
De la haute mer
Où donc est passée
La limace
La limace ourlée et fragile
Qui t’habitait ?

S’est-elle exhalée vers
Les rives imaginaires du ciel d’été
Soudain lassée de ta géométrie ?
Coquillage cassé
Sur les sables
Aux confins de la mer
Je ne saurais te dire
Un tel adieu

(Gilles Vigneault)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

COMME LES CAILLOUX (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



 

COMME LES CAILLOUX

Comme les cailloux
Que font danser sur l’eau calme
Les enfants des pêcheurs
Et qui font parfois deux sauts
Et parfois vingt
Ainsi je ne sais point
Jusqu’où mon coeur lancé
Par ta main douce
Se rendra palpiter
Sur l’eau grise
Des jours que j’ai cessé d’appeler
Ma jeunesse…

(Gilles Vigneault)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

MARINE (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020



KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

MARINE

J’ai trouvé trois coquillages
Qui ne m’ont pas dit leur nom
Qui ne m’ont rien dit sinon
Que la mer savait leur âge

Ils m’ont conté les sillages
Le bruit que les bateaux font
Dans les oreilles du fond
Lorsque finis leurs voyages

Ils m’ont laissé des mystères
Que je dois garder et taire
Jusqu’à ce qu’un de mes fils

Apprenne dans la voilure
Le goût du sel et l’allure
Que mon père avait jadis

(Gilles Vigneault)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :