Arbrealettres

Poésie

Archive for 14 juillet 2020

SIGNAL DE BRUME (Michel Manoll)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



SIGNAL DE BRUME

Ce chemin d’aube et de pervenches
S’ouvre à l’orée de la clairière
Murée par le givre et la neige
A notre image prisonnière
Et désormais infranchissable.

Quel vent a dispersé la manne,
Froment sapide du désert
Que charrie la houle océane
Sur ce versant de l’univers
Qui nous enserre en ses lianes ?

Venus du matin et porteurs
D’un fret d’écume et de chardons,
Parmi les écueils qui affleurent
Qui donc dirigerait le harpon :
Atropos ou Deucalion ?

Les mains entravées, les prunelles
Consumées par la nuit d’orage,
Nous portons sur notre visage,
Comme une étrave qui chancelle,
Les cicatrices du naufrage.

Mais seuls nous sombrons et l’espace
Qui vogue, attisant en sa course
Le murmure des peupliers,
Reprend de l’estuaire à la source
Le périple des alizés.

(Michel Manoll)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le thé, le crapaud, la brume… (Wermer Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



 

Le thé, le crapaud, la brume…

Pénombres fraîches, de pièces retirées.
Le thé, le crapaud, la brume…
quand fume sur le bol l’eau battue doucement
d’un blaireau de bambou
racontent le savoir par l’épure.

(Wermer Lambersy)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Beaux flocons de neige! (P’ang Yun)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020




Beaux flocons de neige!
Nulle part ils ne tombent ailleurs.

(P’ang Yun)

Posted in haïku, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Trou de taupes (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



Trou de taupes
De mes poèmes dans les gazons
De la pensée

Petits cônes de terre meuble
Que le mystère a repoussé
En creusant
Le noeud obscur de ses galeries
Sous la raison

On dit qu’Homère était aveugle
Lui aussi

(Werner Lambersy)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Excuse (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



Excuse

Il dit,
pour s’excuser,
un poème
m’est rentré dedans

(Werner Lambersy)

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Rire et pleurer (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



Je ne crois pas que nos visages
Finissent au-dessous
Du menton

Mes mains mon sexe mon dos
Et mes genoux savent
Rire et pleurer

(Werner Lambersy)

Illustration: Konstantin Andreevich Somov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une pensée est sur la mienne (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



Une pensée
est sur la mienne
comme le ciel sur un lac

ma pensée
est dans une autre
comme un lac

dans la main des montagnes

(Werner Lambersy)


Illustration: René Magritte

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

L’eau (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



L’eau n’a aucun sens
de l’équilibre

(Werner Lambersy)

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le souffle (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



Que je dorme
M’assoupisse veille

Une chose me relie
A l’ensemble

Tant que je respire
Je ne suis coupé
De rien

Une maille à l’envers
Une maille a l’endroit

Le souffle tricote
L’univers

(Werner Lambersy)

Illustration: Francois Schlesser.

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plein air (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



 

Annabelle Verhoye 8

Plein air

Ta chevelure, éparpillée,
Enonde et coule en l’herbe verte
Comme un ruisseau clair sablé d’or;
Et, sur ta gorge mi-couverte,
Un vague rayon danse ou dort;
Distraitement, lèvre entr’ouverte,
Tu ris au ciel par la feuillée…

Ô douce chose printanière,
Ô jeune femme, ô fleur superbe,
Épanouis ta nudité
Royale emmi tes soeurs de l’herbe;
L’inconsciente vanité
Rutile sur ta lèvre acerbe
Et rayonne dans ta crinière.

Reste ainsi : l’ombre violette
Se joue aux roses plis des hanches;
Ouvre tes grands yeux puérils
Où rit l’orgueil de tes chairs blanches…
Oh, fut-il en d’autres avrils
Pareille fête sous les branches?
Et qu’elle est vaine la palette!

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Annabelle Verhoye

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :