Arbrealettres

Poésie

Archive for 17 juillet 2020

Pourquoi si peu de musique (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Les feuilles au souffle confus,
Le vent noir les fait frissonner
Et l’hirondelle frémissante
Trace un cercle dans le ciel sombre.

La ténèbre qui s’épaissit
Discute en mon coeur doucement
(Mon tendre coeur agonisant)
Avec le rayon qui s’éteint.

Sur la forêt qu’enveloppe le soir
Paraît une lune de cuivre.
Mais pourquoi si peu de musique
Quand il fait un si grand silence ?

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Danse (Anthony Lhéritier)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Florence Coquais Foucault mouette

Danse

Et maintenant, c’est le silence
Il vient de si haut qu’il écrase l’air
C’est le silence et son absence
C’est la chanson de l’air
Et c’est la danse

L’ombre d’un oiseau sur la mer.

(Anthony Lhéritier)

 Illustration: Florence Coquais Foucault

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que faire de la petite voix (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Que faire de la petite voix
Sans voix
Qui dit des choses
Qu’on ne dit pas
Même
A l’oreille qui n’entend pas

On la connaît grain de sable
Tombée des meules
De la montagne
Où presque personne ne va

(Werner Lambersy)

Illustration: Claude Verlinde

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

CROIS : Vie ou Mort, que t’importe (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



 

Alexandre Pavlenko   1974 - Ukrainian Pointillist painter (6) [1280x768]

CROIS : Vie ou Mort, que t’importe,
En l’éblouissement d’amour?
Prie en ton âme forte :
Que t’importe nuit et jour?
Car tu sauras des rêves vastes
Si tu sais l’unique loi :
Il n’est pas de nuit sous les astres,
Et toute l’ombre est en toi.

Aime : Honte ou Gloire, qu’importe,
A toi, dont voici le tour?
Chante de ta voix qui porte
Le message de tout amour?
Car tu diras le chant des fastes
Si tu dis ton intime émoi :
Il n’est pas de fatals désastres,
Toute la défaite est en toi.

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Alexandre Pavlenko

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Tout ce temps (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Tout ce temps avec entre
Nous à peine ce filet
De lumières sous la porte

Ces bruits de clés
Dans la serrure du secret

(Werner Lambersy)

Illustration: Edward Coley Burne-Jones

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes devenus ce que l’attente a fait de nous (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Nous sommes devenus
Ce que l’attente a
Fait de nous

Quand viennent
Ces paroles entendues
Chaque fois

Que vente en tempête
L’écho
De serments non tenus

Sans deviner ni par qui
Ni de quoi il
S’agit

Et qui dira
Si l’ignorance est
Ce qu’on attend ou non

(Werner Lambersy)

Illustration: Alberto Galvez

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si le poème se tenait uniquement dans le poème (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



 

Si le poème
Se tenait uniquement
Dans le poème

Il ne serait que vents
Dans une cage
D’osier

Un oiseau de paradis
A qui tordre le cou

Pour avoir gardé
Le chant pour lui seul

(Werner Lambersy)

Illustration: H. Kopp-Delaney

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



pose la question
et ce n’est pas l’amour

après quand tu crois savoir
ce n’est plus l’amour

(Werner Lambersy)


Illustration: Rodin

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Pluie (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Pluie
qui dit l’abri
le besoin d’attendre

(Werner Lambersy)


Illustration: Gustave Caillebotte

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Si le poème (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Si le poème
Se tenait uniquement
Dans le poème

Il ne serait que vents
Dans une cage
D’osier

Un oiseau de paradis
A qui tordre le cou

Pour avoir gardé
Le chant pour lui seul

(Werner Lambersy)

Illustration: Alex Alemany

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :