Arbrealettres

Poésie

Archive for 27 août 2020

Hirondelle (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



 

Alphonse Mucha WQ [1280x768]

Hirondelle

Le visage était près du visage
Les mains avaient la joie des mains
Et les lèvres ont pris pour le coeur
Tout le lisse de la jeunesse

(Pierre Albert-Birot)

Illustration: Alphonse Mucha

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Taureau et femme (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



Taureau et femme
pluie et feu
statue de sel
colosse de fumée
enfant bâtard dans son puits de lumière
zodiaque murmurant
qui marche dans le ciel
le pinceau ne les peint pas
il les console.

(Luis Mizón)


Illustration: Maurice Mazo

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mains de songe (Gilles de Obaldia)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



 

Mains de songe

Toute blessure demande
de l’attention, des soins

Cette qualité de présence
qui nous fait si souvent défaut
ici est exigée

Je veux bâtir un feu au bord du monde
pour revoir tes yeux,
pour serrer encore tes mains
et rire quand le bois du soleil crépite !

Mains de songe
palpant le visage changeant de l’eau
la beauté vous fait signe
du fond de la nuit

(Gilles de Obaldia)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lune dans le café (Alain Strickler)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



Lune dans le café

La faucille du dernier quartier
Tremble ce matin encore
Dans la nuit de mon bol

Comme une virgule de lait
En prélude
A la lumière du jour

(Alain Strickler)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous tournions le dos aux vitres (Jean-François Mathé)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



La neige était tombée, comme une sentence,
des arbres noirs et juges de ce paysage.
Nous voyagions près d’une voix éclairée de voyelles
qui n’avait sa source en aucun de nous,
mais en elle nous déposions nos blessures,
mais elle tirait de nous des nuages.
Allègement, dans les maisons désertes, sérénité,
regards évadés en nous-mêmes.

Nous tournions le dos aux vitres,
après avoir pris dans leur buée de quoi rêver.

(Jean-François Mathé)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’hiver (Jean-François Mathé)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



l’hiver donne de quoi poursuivre

blancheur
à travers les mots
ces arbres confus qui nous
tiennent nous troublent

s’il y a vérité là-bas
nous en ferons un feu
sinon

tombeau du froid

(Jean-François Mathé)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson de la côte (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



 

officier-inconnu-1 [800x600]

Chanson de la côte

Voici rentrer l’officier de marine,
Il a des favoris noirs.
Le vent de mer a gonflé sa narine,
Il dit combien de vaisseaux il a pris.

Voici rentrer l’officier de marine,
Il a deux beaux galons d’or.
Il veut surprendre, au logis, Mathurine
Sa femme, son plus précieux trésor.

Voici rentrer l’officier de marine,
Il veut revoir sa maison,
Son lard qui sèche et ses sacs de farine,
Ses pommiers lourds de pommes à foison.

Repars bien vite, officier de marine,
Tes pommiers on a coupé,
Tes sacs vidés, ton lard frit. Mathurine,
Avec des gens de la terre, t’a trompé.

Repars bien vite, officier de marine,
Pour un voyage bien long.
Tes favoris seront blancs, ta narine
Sera ridée au troisième galon.

(Charles Cros)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme mes persiennes (Jean-François Mathé)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



comme mes persiennes ma peau laisse
toujours entrer un peu de ma douleur brillante

(Jean-François Mathé)


Illustration: Pablo Picasso

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Avec des gestes harmonieux (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



Avec des gestes harmonieux
tes mains se promènent sur ton corps
quand tu te contemples nue
dans un miroir prude qui se trouble
et ton sourire épanoui
s’y étiole dans une image vaporeuse
qui dissout le léger mouvement de tes lèvres.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Jean-Baptiste Valadié

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oiseau amoureux (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2020



Oiseau amoureux

J’évolue en rasant la surface du sol,
Car je suis cet oiseau, rapace ou rossignol
Qui règne dans les airs, oiseau cherchant sa proie
D’un regard qui fascine, oiseau chantant la joie
Au lever du soleil, dans le ciel du matin
Alors que tu revêts ta robe de satin,
Que, devant ton miroir, tu tords avec adresse
Ta chevelure brune en une longue tresse.

Discrètement je frappe à la vitre du bec,
Rossignol au cœur tendre ou rapace au cœur sec,
Tu ouvres la fenêtre et caresses ma plume
Qui porte encor sur elle un lambeau de la brume.
Fermant, pour me garder, de ton cœur la prison
Et je reste à jamais captif dans ta maison.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Bernard Fideler

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :