Arbrealettres

Poésie

Mais moi je suis un vieillard (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2020


 

Mais moi
je suis un vieillard. J’
en ai assez.
Le principe féminin du monde
est mon appel
à l’extrémité
où je suis rendu.

(William Carlos Williams)

Illustration: Paul Ranson

 

Une Réponse vers “Mais moi je suis un vieillard (William Carlos Williams)”

  1. Lion retraité
    ———

    Je perds le souvenir des ivresses passées,
    Me voici devenu sobre comme un chameau ;
    J’évite de parler, ne trouvant point mes mots,
    Ma langue est un peu moins sûre de mes pensées.

    Compagnes de jadis, autrefois caressées,
    Vous irez donc choisir des chevaliers nouveaux ;
    Je laisserai dormir mes honnêtes rivaux
    Dont la flamme, elle aussi, est quelque peu lassée.

    Ai-je été trop ardent, ai-je été trop jaloux ?
    Sur ce passé lointain vainement je me penche,
    J’ouvre mes vieux carnets, je vois des pages blanches.

    Je n’irai point jusqu’à tomber sue les genoux,
    Facilement sera ma tristesse apaisée ;
    Je vais suivre une voie qui n’est point malaisée.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :