Arbrealettres

Poésie

Le vieux cheval (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2020




    
Le vieux cheval, à l’orée de la plaine,
S’immobilise, se figeant en statue.
Lui qui enchaînait galop sur galop
N’est plus que muette attente du grand saut.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Une Réponse vers “Le vieux cheval (François Cheng)”

  1. Fin de vie
    ——–

    Ce vieux cheval a fait son temps,
    Qui ses anciens exploits rumine ;
    De son repos il est content,
    Lui qui ne craint point la famine.

    Il ne fait plus rien d’important,
    Quelques vers ensemble il combine ;
    Il comprend ce qui nous attend
    Quand vient la fin de la bobine.

    Il cueille les fleurs d’ aujourd’hui,
    N’ayez donc pas pitié de lui
    Qui apprivoise la Camarde.

    Eros, le plaisantin mignon,
    N’a point quitté ce compagnon,
    Lui qui favorise les bardes.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :