Arbrealettres

Poésie

Le Renard et le Corbeau (Isaac de Benserade)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2020



Illustration: Marc Chagall
    
Le Renard et le Corbeau.

Le renard du corbeau loua tant le ramage,
Et trouva que sa voix avait un son si beau,
Qu’enfin il fit chanter le malheureux corbeau,
Qui de son bec ouvert laissa cheoir un fromage.

Ce corbeau qui transporte une vanité folle,
S’aveugle et ne s’aperçoit point
Que pour mieux le duper, un flatteur le cajole :
Hommes, qui d’entre vous n’est corbeau sur ce point.

(Isaac de Benserade)

 

Recueil: Fables
Traduction:
Editions:

2 Réponses vers “Le Renard et le Corbeau (Isaac de Benserade)”

  1. Docte Goupil
    ———-

    Maître Goupil, dit-on, de ce monde a l’usage,
    Des trésors de sa ruse on a fait un roman ;
    En des temps très anciens j’en ai lu quelques pages,
    Et même des extraits traduits en allemand.

    En deux ou trois sonnets je lui rendis hommage
    Afin de le dépeindre en héros triomphant ;
    Car il sut du corbeau susciter le ramage,
    Pour notre amusement, pour celui des enfants.

    C’est un bon compagnon pour les jours de misère ;
    Ceux qui de l’imiter autrefois s’avisèrent
    Eurent moins de tourment, ne dites pas que non.

    Le renard n’écrit pas, mais il sait très bien lire ;
    Il aime rencontrer la science et le délire,
    Ainsi que les auteurs qui célèbrent son nom.

    • Innocuité du goupil d’argent
      ———

      Ce vieux goupil n’est pas un animal retors,
      Il ne regrette point sa jeunesse dorée ;
      Sa vie, qui jadis fut vivement colorée,
      A maintenant pour cadre un modeste décor..

      Lui, qui dans ses métiers n’a gagné nul trésor,
      A fait en maints endroits d’amusantes virées ;
      Une muse parfois, par son verbe attirée,
      Voulut bien lui donner un peu de réconfort.

      Ce paisible goupil jamais ne fut ascète,
      Cela n’est même pas l’une de ses facettes ;
      S’il eut quelques talents, ils furent clairsemés.

      Il laisse un peu courir sa plume jamais lasse,
      Qui sur le blanc papier lentement se déplace ,
      Son coeur va révisant les temps du verbe aimer.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :