Arbrealettres

Poésie

AUTRE AMOUREUSE (Alphonse Daudet)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2020



Illustration: Henri Eisenberg
    
AUTRE AMOUREUSE.

Lorsque je vivais loin de vous,
Toujours triste, toujours en larmes,
Pour mon cœur malade et jaloux
Le sommeil seul avait des charmes.
Maintenant que tu m’appartiens
Et que mon cœur a sa pâture,
– Il ne m’est plus qu’une torture,
Le sommeil cher aux jours anciens.

Lorsque je dormais loin de vous,
Dans un rêve toujours le même,
Je vous voyais à mes genoux
Me dire chaque nuit : « Je t’aime ! »
Maintenant que tu m’appartiens,
Dans les bras chaque nuit je rêve
Que tu pars, qu’un méchant t’enlève
Et que je meurs quand tu reviens.

(Alphonse Daudet)

 

Recueil: Les amoureuses
Traduction:
Editions:

2 Réponses vers “AUTRE AMOUREUSE (Alphonse Daudet)”

  1. Luciole said

    Il est terrible le rêve amoureux confronté à la réalité du quotidien.

    • Danseuse du siècle passé
      —–

      Toi, serais-tu donc un ange
      De ses ailes dépouillé ?
      Ou bien l’ondine du Gange
      Avec ses cheveux mouillés ?

      En ancêtre je me change,
      De ma force dépouillé ;
      Ce n’est pas un sort étrange,
      Je suis juste un peu rouillé.

      À mes rêves tu ressembles
      Dans la lumière qui tremble ;
      Et je ne dors qu’à moitié.

      Dans la cour, le vent se calme,
      Qui n’agite plus les palmes ;
      Je songe à notre amitié.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :