Arbrealettres

Poésie

Archive for 27 mars 2021

Prends cette rose (Pierre de Ronsard)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



Prends cette rose aimable comme toi,
Qui sert de rose aux roses les plus belles,
Qui sert de fleur aux fleurs les plus nouvelles,
Dont la senteur me ravit tout de moi.

Prends cette rose et ensemble reçois
Dedans ton sein mon coeur qui n’a point d’ailes
Il est constant et cent plaies cruelles
N’ont empêché qu’il ne gardât sa foi.

La rose et moi différons d’une chose
Un Soleil voit naître et mourir la rose,
Mille Soleils ont vu naître m’amour,

Dont l’action jamais ne se repose.
Que plût à Dieu que telle amour, enclose,
Comme une fleur, ne m’eut duré qu’un jour.

(Pierre de Ronsard)


Illustration: Henri Matisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

On rêve, on n’écrit pas (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



 

On rêve, on n’écrit pas. Le mystique en transe n’écrit pas.
Ravi, on n’écrit pas. Si on écrit après, après c’est tout, sauf ça.
Les moribonds n’écrivent pas, et pourtant quel moment thèmes, qu’une agonie!

(Henri Michaux)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’homme est en mer (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



L’homme est en mer. Depuis l’enfance matelot,
Il livre au hasard sombre une rude bataille.
Pluie ou bourrasque, il faut qu’il sorte, il faut qu’il aille,
Car les petits enfants ont faim. Il part le soir
Quand l’eau profonde monte aux marches du musoir.
Il gouverne à lui seul sa barque à quatre voiles.
La femme est au logis, cousant les vieilles toiles,
Remmaillant les filets, préparant l’hameçon,
Surveillant l’âtre où bout la soupe de poisson,
Puis priant Dieu sitôt que les cinq enfants dorment.
Lui, seul, battu des flots qui toujours se reforment,
l s’en va dans l’abîme et s’en va dans la nuit.
Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit.
Dans les brisants, parmi les lames en démence,
L’endroit bon à la pêche, et, sur la mer immense,
Le lieu mobile, obscur, capricieux, changeant,
Où se plaît le poisson aux nageoires d’argent,
Ce n’est qu’un point ; c’est grand deux fois comme la chambre.
Or, la nuit, dans l’ondée et la brume, en décembre,
Pour rencontrer ce point sur le désert mouvant,
Comme il faut calculer la marée et le vent !
Comme il faut combiner sûrement les manoeuvres !
Les flots le long du bord glissent, vertes couleuvres ;
Le gouffre roule et tord ses plis démesurés,
Et fait râler d’horreur les agrès effarés.
Lui, songe à sa Jeannie au sein des mers glacées,
Et Jeannie en pleurant l’appelle ; et leurs pensées
Se croisent dans la nuit, divins oiseaux du coeur.

(Victor Hugo)

Illustration: Albert Pinkham Ryder

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le sommeil du condor (Leconte de Lisle)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



 

Le sommeil du condor

Par-delà l’escalier des roides Cordillères,
Par-delà les brouillards hantés des aigles noirs,
Plus haut que les sommets creusés en entonnoirs
Où bout le flux sanglant des laves familières,
L’envergure pendante et rouge par endroits,
Le vaste Oiseau, tout plein d’une morne indolence,
Regarde l’Amérique et l’espace en silence,
Et le sombre soleil qui meurt dans ses yeux froids.

La nuit roule de l’est, où les pampas sauvages
Sous les monts étagés s’élargissent sans fin ;
Elle endort le Chili, les villes, les rivages,
Et la mer Pacifique, et l’horizon divin ;
Du continent muet elle s’est emparée :
Des sables aux coteaux, des gorges aux versants,
De cime en cime, elle enfle, en tourbillons croissants,
Le lourd débordement de sa haute marée.

Lui, comme un spectre, seul, au front du pic altier,
Baigné d’une lueur qui saigne sur la neige,
Il attend cette mer sinistre qui l’assiège :
Elle arrive, déferle, et le couvre en entier
Dans l’abîme sans fond la Croix australe allume
Sur les côtes du ciel son phare constellé.
Il râle de plaisir, il agite sa plume,
Il érige son cou musculeux et pelé,

Il s’enlève en fouettant l’âpre neige des Andes,
Dans un cri rauque il monte où n’atteint pas le vent,
Et, loin du globe noir, loin de l’astre vivant,
Il dort dans l’air glacé, les ailes toutes grandes.

(Leconte de Lisle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je reviens d’un enterrement (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



Je reviens d’un enterrement
Mon soulier me serre
J’ai envie de faire l’amour
Avec quelqu’un que je ne connais pas

(Abbas Kiarostami)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Ce corps noueux (Gaston Miron)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



Ce corps noueux
ce regard brisé
ce visage érodé
ce feu aux cheveux

ces mots dehors

c’est toi, toi et toi
et la blessure
inlassable des rêves
dans tes pas futurs

(Gaston Miron)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nostalgie (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



Nostalgie

A quoi bon devenir un des dieux ou héros.
Se transformer en arbre, croître des siècles,
ne faire du mal à personne.

(Czeslaw Milosz)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’enfant blessé (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



Croyant porter l’enfant blessé
quel poids soudain!
la terre et les étoiles

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Deux paysans (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



Deux paysans

Ma bien-aimée
Si le château veut bien
Si la plaine du château veut bien
Si l’odeur de l’eau su château veut bien

Si la feuille qui passe entre les feuilles
Si l’oreille des écorces
Si les fourmis de l’ombre
Veulent bien, veulent bien
Nous serons à nous.

(Pierre Morhange)


Illustration: Marie Caire-Tonoir

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

COURS PRÉPARATOIRE (Paul Fournel)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2021



COURS PRÉPARATOIRE

Les cailloux se font messe basse
ils s’ensecrètent
ils se broient du blanc
ils s’ébrouent
mâchent le vent
que le vent désordonné
Je me retourne et demande qui parle
ils font les étonnés
pas bougé pas parlé
cailloux

(Paul Fournel)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :