Arbrealettres

Poésie

Je pose un terme (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2021




    
Je pose un terme,
Je bouscule
Son espèce de borne.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Lexiquer
Traduction:
Editions: La Tuilerie Tropicale

Une Réponse vers “Je pose un terme (Eugène Guillevic)”

  1. Oiseau glossonaute
    ———

    « Voyons si ce mot-là vaut mieux que ce mot-ci »,
    Ainsi parle un oiseau qui compare deux termes ;
    Il cherche dans Littré, puis dans Grevisse aussi,
    Deux textes qui, dit-il, la sagesse renferment.

    Les jours et les saisons, les ans passent ainsi,
    Mais de son oeuvre propre on ne voit aucun germe ;
    Car de se rendre utile il n’a point le souci,
    Nulle sueur n’ira baigner son épiderme.

    Sobre, il le fut toujours, et donc, rien ne lui manque,
    Son but ne fut jamais d’emplir un compte en banque ;
    C’est un être discret, c’est un oiseau peinard.

    La poésie d’antan l’exalte et le transporte,
    Il en fait son régal, et, sans franchir sa porte,
    Déguste des sonnets avec un bon pinard.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :