Arbrealettres

Poésie

Archive for 27 mai 2021

Les vents m’ont dit (Xavier Grall)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



 

Les vents m’ont dit

Viens avec moi
je te dirai le cri des sternes
et le psaume des pierres levées
(…)
Viens avec moi
je te dirai les dieux fraternels
dans les chapelles bleues
Viens
nous inventerons un pays mystique
violentes seront les femmes comme des solstices
il y aura des nids chantants dans les poutres
les nefs seront pleines d’hirondelles.

(Xavier Grall)

Découvert chez Lara ici
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je campe dans tes chevelures (Hubert Juin)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



 

Alexander Sigov  (17) [1280x768]

Je campe dans tes chevelures
Le chant se plie à tes pieds et prie
Le bec de tes seins m’ouvre
Voici des fontaines des renards pris aux cris
Alors tu danses Tatouée Cristal nu
Je n’irai jamais plus avant que ta nuit
Pour moi tu inventes les siècles les batailles les épopées les légendes
Tu fais l’Histoire obscène
Tu chevauches l’envers des mots

Je te veux lente peureuse un peu lourde d’ornements ôtés
Je t’ai logée dans le creux des arbres où rien ne vient
que l’air craintif le péché et la salsepareille

(Hubert Juin)

Illustration: Alexander Sigov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Porte-moi le tournesol (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



Porte-moi le tournesol, que je le transplante
dans mon terrain brûlé du vent salin;
qu’il montre tout le jour aux faces miroitantes
du ciel d’azur l’anxiété de son jaune visage.

A la clarté tendent les choses obscures,
les corps s’épuisent en flux
de teintes : elles en musiques. S’effacer,
la suprême aventure.

Oui, porte-moi la plante qui nous mène
où vont surgir les blondes transparences
et s’exhaler la vie, telle une essence;
apporte-moi le tournesol fou de lumière.

***

Portami Il girasole ch’io lo trapianti
nel mio terreno bruciato dal salino,
e mostri tutto il giorno agli azzurri specchianti
del cielo l’ansietà del suo volto giallino.

Tendono alla chiarità le cose oscure,
si esauriscono i corpi in un fluire
di tinte : queste in musiche. Svanire
è dunque la ventura delle venture.

Portami tu la pianta che conduce
dove sorgono bionde trasparenze
e vapora la vita quale essenza;
portami il girasole impazzito di luce.

(Eugenio Montale)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’ai peur (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



J’ai peur
Que les chevaux sauvages et libres
Par crainte du vent
Passent la nuit
Dans l’étable des moutons

(Abbas Kiarostami)


Illustration

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Les murs (Mathieu Bénézet)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



Les murs
nous
grignotent

(Mathieu Bénézet)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , | Leave a Comment »

Sinon la ligne de lumière (Elie-Charles Flamand)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



Sinon la ligne de lumière…
rien ne nous guidera
vers la margelle

(Elie-Charles Flamand)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Quand la forêt s’éveille (Patrick Joquel)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



Quand la forêt s’éveille
un parfum de fougère
élève à la lumière
une envolée d’abeilles

(Patrick Joquel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Une arabesque de soleil (Pierre Günst Horn)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



Une arabesque de soleil,
Un corps fluet qui étincelle,
L’acrobatie d’une hirondelle,
Petite fille en gymnastique,
Médaille d’or des Olympiques.

(Pierre Günst Horn)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Marche doucement (Hélène Galli)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



Marche doucement
Cueille un mot
sa branche
une phrase son arbre
tout un poème une forêt

(Hélène Galli)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le coeur se mange cru (Hubert Nyssen)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2021



Videz l’amour
réservez le coeur
salez poivrez l’intérieur
puis ajoutez le songe
une coquille d’amertume
cousez les déchirures
bridez les ailes
disposez sur le feu
retournez quatre fois
à l’heure des marées
faites dorer la plage
canapé sur le quel
vous servirez l’amour.

Le coeur se mange cru.

(Hubert Nyssen)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :