Arbrealettres

Poésie

Depuis que son garçon est parti pour la guerre (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2021




    

Depuis que son garçon est parti pour la guerre,
La veuve met les deux couverts comme naguère,
Sert la soupe, remplit un grand verre de vin,
Puis, sur le seuil, attend qu’un envoyé divin,
Un pauvre, passe là pour qu’elle le convie.
Il en vient tous les jours. Donc son fils est en vie,
Et la vieille maman prend sa peine en douceur.
Mais l’épicier d’en face est un libre penseur
Et songe : –  » Peut-on croire à de telles grimaces ?
Les superstitions abrutissent les masses.  »

(François Coppée)

 

Recueil: Promenades et interieurs
Traduction:
Editions:

Une Réponse vers “Depuis que son garçon est parti pour la guerre (François Coppée)”

  1. Mélancolie du gardien
    ———-

    Au milieu de la guerre on décide une trêve,
    Le gardien de la tour en est presque navré ;
    Il contemple le sol, en homme désoeuvré,
    Sa vie soudainement lui semble un mauvais rêve.

    Il surveille la plaine, il attend la relève,
    Arborant son écu vivement coloré ;
    Accablé de malheurs, il les veut déplorer,
    Brandissant vers le ciel un inutile glaive.

    De son entendement la lumière s’éteint,
    Il ne sait plus si c’est le soir ou le matin ;
    Il plonge en inframonde et croit y voir des anges.

    De tout cela s’amuse un officier moqueur,
    De ceux qu’aucun soldat ne porte dans son coeur ;
    Ainsi passent les jours de cette guerre étrange.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :