Arbrealettres

Poésie

Archive for 22 juillet 2021

La nuit (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



… La nuit sera bleue et verte
comme un grand paon,
toutes les douleurs s’abîmeront.

(André Frénaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Son Nom (T.S. Eliot)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



Quand vous voyez un chat, silencieux, méditer,
La cause, sachez-le, est sa quête insondable:
Il a l’esprit perdu dans la contemplation
De la pensée de la pensée de la pensée de son nom,
Son nom ineffable, affablement ineffable,
Indicible, profond – et singulier -, son Nom.

(T.S. Eliot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Part irréductible (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



Les rêves que je n’ai pas vécus
même en rêve,
ceux qui sont enfouis au profond
du grand ciel de lumière
qui est prisonnier,
ceux qui empoisonnent
sont ceux-là qui sauvent,
ceux qu’ils n’auront pas,
ceux qu’elle n’aura pas,
je ne les connaîtrai peut-être jamais
ceux-là qui affleurent par le seul poème.

(André Frénaud)

Illustration: Jean-Paul Avisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous tâtonnons (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



 

James Cobban 7265

Nous tâtonnons à l’aigu du néant
Qui seul nous comble
notre père fruitier.

(André Frénaud)

Illustration: James Cobban

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Tant de gens ont vécu là (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



 

demolition_14

Tant de gens ont vécu là qui aimaient
l’amour le réveil et enlever la poussière

(André Frénaud)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Ils iront travailler sur les boulevards (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



 

Ils iront travailler sur les boulevards
Aucun ne verra la beauté du jour
et le soir arrive – ils sont dans le métro…
La lune n’aura pas de mal à les endormir.

(André Frénaud)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Île-de-France (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021


 

Les grands arbres cachent un sein d’aubépine,
le plus tendre de tous les seins de la terre.
Le ciel qui cligne et qui sourit
apprend aux oiseaux des chansons d’arc-en-ciel.

Clairière loyale où joue le joli mai,
verdures rougissantes sur la jeune fille étendue,
Île-de-France parmi les domaines forestiers,
je boirai mon héritage dans les rivières
qui vont et qui viennent.

(André Frénaud)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes possessions sont trop claires (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



 

Jacek Yerka  v [1280x768]

Mes possessions sont trop claires je les hais
ces limites des joies et du malheur.

(André Frénaud)

Illustration: Jacek Yerka

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson (Robert Momeux)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021



Chanson

Tu me donnes des mots
Pour que je t’invente
Des mots usés et sourds
D’avoir longtemps servi
Ce sont toujours les mêmes
Des mots qui n’ont plus rien
Que leur air de toujours
Et leurs mains bleues pourtant
S’agrippent à des rocailles
Machinalement
Et trouvent des oiseaux
A jeter dans le vent
Toujours le même vent
Et les mêmes oiseaux
Pour faire une musique
Chaque fois différente

(Robert Momeux)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je ne puis guérir d’un appel insensé (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2021


 

Egarés dans les moires du temps, les durs méandres
qu’anime le sourire de l’Enfant,
chevaliers à la poursuite de la fuyante naissance
du futur qui nous guide comme un toucheur de boeuf,
je maudis l’aventure, je voudrais retourner
vers la maison et le platane
pour boire l’eau de mon puits que ne trouble pas la lune,
et m’accomplir sur mes terrasses toujours égales,
dans la fraîcheur immobile de mon ombre.

Mais je ne puis guérir d’un appel insensé.

(André Frénaud)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :